François Bourgeon en a fini avec la SF et ne revend pas ses planches

Louis Mallié - 19.06.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - Les cycles de Cyann - François Bourgeon - Les Aubes douces d'Aldalarann


François Bourgeon, célèbre auteur du Cycle de Cyann, a décidé de « tourner la page de la SF ». Originellement connu pour ses oeuvres historiques Les passagers du vent et Les compagnons du crépuscule, il mettra un terme à l'histoire de la belle Cyann dans le sixième et dernier tome Les Aubes douces d'Aldalarann, qui sortira pour la première fois chez Delcourt en septembre. 

 

 

 

 

« Il faut prendre des risques, ne pas ronronner, et j'aime laisser les personnages vivre leur vie sans moi », a expliqué l'auteur à l'AFP. Précurseur de la BD historique, il avait délaissé un temps le genre afin de se consacrer au Cycle de Cyann. « La SF a été une formidable récréation. Mais même là, avec mon précieux complice Claude Lacroix [le scénariste], on a recherché la crédibilité. On peut créer des espèces d'oiseaux, mais on ne peut pas créer la plume ! ». 


Arrivé depuis peu aux édition Delcourt, les oeuvres de François Bourgeon  Les Passagers du Vent et Les compagnons du Crépuscule bénéficieront d'une réédition intégrale, et ce, à compter du 30 avril. Quand au Cycle de Cyann, il sortira conjointement avec l'arrivée de son dernier épisode, en septembre prochain. 

 

Et pour les passionnés qui l'attendent déjà impatiemment, le dessinateur livre un avertissement : « Il est presque impossible de lire le 6e tome de Cyann sans relire les autres ». À l'occasion de l'entretien, l'auteur est revenu avec humour sur certaines difficultés rencontrées lors de la construction - complexe - des aventures de Cyann : « Les déplacements spatio-temporels ont été un sacré défi. Pour m'y retrouver, j'ai créé des tableaux chronologiques sur ordinateur. Collés ensuite ensemble, cela faisait des fresques de plusieurs mètres! »

 

Et d'avouer avec un sourire « Une fois, je me suis planté. Dix années avaient sauté... C'est un traducteur danois qui l'a remarqué et j'ai dû tout rectifier ». 

 

L'auteur, qui a débuté avec une formation de maître-verrier, a également dit avoir des projets pour la suite : « J'ai plusieurs pistes historiques qui réclament beaucoup de préparation documentaire. Cela prendra trois ans, six ans, le temps qu'il faut ». Et si le cycle a donc trouvé sa fin, pas question de rentrer dans la logique de marché de l'art en revendant ses planches… 

 

Et de conclure : « Ce que je veux, c'est raconter une histoire. Je travaille pour les lecteurs, pas pour les collectionneurs. Les prix atteints par la BD sur le marché de l'art, c'est n'importe quoi. Indécent ! »