Ga-Bu-Zo-Meu : pour Noël, les Shadoks la jouent super “hotte”

Nicolas Gary - 22.12.2018

Manga/BD/comics - Univers BD - Shadoks documentaire histoire - Shadoks Poelvoorde Arte - Arte Shadocks Piepu


Vous les aimiez enfant ? Vous les avez découverts grâce aux vidéos de l’INA — ou quelques contrefaçons diffusées sur des plateformes ? Vous les avez détestés, incompris, maudits, et finalement, vous ralliant à l’absurde, vous raillant de l’absurde, vous vous êtes convaincu qu’ils n’étaient pas bien méchants. Ils ? LES SHADOKS !


 

Débutée en avril 1968, quelques jours avant que ne débutent les événements de mai, Les Shadoks est une série de 208 épisodes à l’étonnante longévité, en regard de son décalage, et de la réception qu’elle connut. 

Originellement, c’est la première chaîne de l’ORTF qui en assura la diffusion, jusqu’en 1973, quand s’acheva la troisième saison. Leur quatrième saison ne verra le jour qu’en 2000 à l’initiative de Canal +. Avec la voix de Claude Piépu, cette folle création de Jacques Rouxel devait mettre en scène de « drôles d’oiseaux ». 
 

Une naissance la veille de Mai 68... prémonitoire ?


C’était avant tout des bestioles révolutionnaires, comme le titre le premier épisode d’un documentaire diffusé par Arte. « En mai 1968 les étudiants sont dans la rue, et depuis quelques jours sur les écrans de télévision, à 20 h juste après le journal, est diffusé une série d’animation révolutionnaire et scandaleuse : les Shadoks, ça a commencé plutôt mal ! »

Les dix épisodes sont disponibles en intégralité sur le site de la chaîne, avec Benoît Poelvoorde pour raconter toute l’épopée tragico-supracomique de ces fantasques créatures. « Les Shadoks, droit dans le mur à toutes pompes », premier épisode ci-dessous, les autres à cette adresse.

« Grâce à un étonnant mashup shadokien d’images d’archives, d’extraits de films, d’extraits de la série, de témoignages et d’animations, venez plonger dans l’univers déjanté et délicieusement absurde de ces pauvres bêtes cosmiques qui ont décidé, un jour, de coloniser la terre : les Shadoks. »
 

Et si vous avez oublié pourquoi ils pompent, il est probable qu'eux aussi. Voici de quoi se rafraîchir la mémoire.
 



Commentaires
Il manque la voix-inimitable- de Claude Piéplu...Et les adultes étaient plus à même d'apprécier que les enfants. Heureusement, ils ne sont pas morts, la preuve !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.