Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Glenat : premiers titres de la collection Comics en librairie fin avril

Clément Solym - 06.04.2012

Manga/BD/comics - Comics - Glenat - Kirkman - Comics


Les éditions Glenat lanceront leur collection Comics dès le 18 avril 2012, et ça démarre fort, avec la publication de deux albums signés Robert Kirkman, célèbre pour son Walking Dead, deux albums de Warren Ellis et l'adaptation d'une nouvelle du maître de l'épouvante Stephen King.

 

Glenat nous livre ainsi les deux premiers tomes de Wolf-Man de Robert Kirkman, dessinés par Jason Howard (tome 1 et 2) et Ryan Ottley (tome 2) et traduits par Edmond Tourriol. Wolf-Man, c'est l'histoire de Gary Hampton, un riche homme d'affaires dont la vie va être bouleversée après s'être fait agresser par un loup-garou. Le début d'un long chemin pour maîtriser ses nouvelles pulsions et ses pouvoirs, parsemé par la rencontre d'autres créatures surnaturelles.

 

« Quand Robert Kirkman revisite à sa façon les monstres du bestiaire fantastique classique en les mélangeant aux super-héros, c'est tout le talent de l'auteur qui explose dans un comics plein d'humour et d'action », commente la maison d'édition dans un communiqué.  

 

 

 

La collection comprend également le tome 1 d'Anna Mercury ainsi que le tome 1 d'Ignition City tous deux signé par Warren Ellis, le créateur de Black Summer.  Anna Mercury, c'est une héroïne « sexy et casse-cou (…) qui voyage entre les réalités parallèles, pour faire en sorte que les armes de destruction massive qu'elle protège ne tombent pas dans de mauvaises mains ». Ignition City, un comics rétro-futuriste avec martiens et voyage dans le temps et l'espace.

 

Le catalogue propose l'adaptation d'une nouvelle de Stephen King, N, par le scénariste américain Mark Guggenheim, dessinée par Alex Maleev. Un comics, « à mi-chemin entre Le Horla, Lovecraft et les récits de virus et de contamination. Jouant sur les différentes interprétations possibles d'un même phénomène, laissant toujours planer le doute sur la réalité des évènements qui se déroulent, ils distillent une angoisse rampante, étouffante, et de plus en plus envahissante ».

 

Ça promet.