Grâce à un petit arrangement, Stan Lee évite les procès

Clément Solym - 19.06.2012

Manga/BD/comics - Comics - Stan Lee - POW ! - procès


Le prolifique Stan Lee, fournisseur officiel de caméos dans les films Marvel, et, accessoirement, créateur d'un bon nombre de super-héros cultissimes, vient de conclure un arrangement qui lui a sauvé la mise, évaluée à 3,6 millions $. La somme qu'il aurait dû payer à deux anciens associés, qui l'accusaient de dissimulation d'informations, entre autres. (voir notre actualitté)

 

Les termes de l'accord n'ont été révélés par aucune des deux parties : Stan Lee, que l'on imagine soulagé, allait depuis plusieurs mois d'accusation en accusation, s'estimant en fin de compte victime d'un complot contre sa personne.


 

Stan Lee

(auteur : Gage Skidmore)

 

Les plaignants, Valerie Barth, conseillère médiatique, et Ron Sandman, directeur de la société Arturian Entertainment, ont probablement reçu des compensations financières à la hauteur des revendications qu'ils portaient régulièrement devant la Cour. Selon les plaignants, lors de la fusion entre POW! et Arturian, Stan Lee aurait artificiellement gonflé les actifs de la société, pour disposer d'une part plus importante dans le capital et d'un plus grand nombre d'actions. De fait, Lee aurait donc lésé les intérêts des actionnaires dans cette fusion des deux boîtes.

 

Si l'homme n'a plus à se faire de souci pour cette affaire, il devra encore traiter avec les actionnaires de Stan Lee Media (SLM), qui l'accusent d'avoir cédé ses droits à Marvel alors que ceux-ci étaient dans l'escarcelle de SLM.

 

Conseil à Stan Lee : ne pas vendre la POW! avant...