Haine et viol : Crumb déclenche une polémique en université

Clément Solym - 08.11.2009

Manga/BD/comics - Comics - Haine - viol - Crumb


Elle n'a pas fini de faire jaser dans les confessionnaux, la Bible revisitée par Robert Crumb, qui a servi sa vision du texte sacré et le dessinateur a une fois de plus montré qu'il avait toujours ce pouvoir de la controverse à portée de main. La semaine passée, le Modlin Center, dévoué aux arts et situé dans l'université de Richmond accueillait une conférence portant sur le livre. Et contrairement à ce que l'on croirait, l'adaptation elle-même ne fut pas au centre de la polémique. Non point. C'est un article paru dans le journal de l'université qui a mis le feu aux poudres.

Durant son discours, Crumb aurait en effet déclaré : « Chaque femme a le fantasme du viol. Tout homme deteste profondément les femmes. » Des sujets polémiques en diable, résultant des réflexions contestables de Crumb. Et un plaignant, Timothy Patterson, d'évoquer également un ouvrage paru en 1989, My Troubles With Women (illustration), où l'auteur avait plus que mis à profit ces réflexions : il les avait dessinées.

Sans nier le droit à la liberté d'expression, le sieur Patterson s'interroge plutôt sur la pertinence du choix de leur université pour que le dessinateur s'exprime et qui pis est, de la sorte. Bilan des courses, un groupe de protestation sur Facebook est lancé, Protest Crumb at UR. En outre, il rappelle que dans l'autre livre incriminé, on retrouve un certain nombre de scènes de viol, de sexe oral avec une femme enchaînée, ou encore une image avec Crumb, vêtu tel un roi, assis sur un tas de femmes violées.

Le professeur Bertram Ashe, qui avait invité Robert Crumb a ainsi dû s'expliquer, précisant que des violences exercées sur des femmes, l'histoire de l'art en trouve dans tous les domaines. Et si la réalité d'un détournement de mineur est écoeurante, le Lolita de Nabokov n'en reste pas moins un roman d'exception. L'université est alors devenue un champ de bataille, pour savoir si l'on avait le droit de légitimer des paroles (sic !), nécessairement sorties d'un contexte, mais également le travail de Crumb par le biais de la respectable université.

Doit-on parler d'un sujet délicat, comme évoqué par le dessinateur ou faut-il, comme plusieurs groupements d'étudiants le défendent, ne pas confronter les élèves à des idées qui sont potentiellement choquantes. Pour le meilleur, ou pour le pire, dirait-on, le travail de Crumb est ancré dans la culture pop et dans l'art plus globalement, au même titre que d'autres artistes controversés.

Aujourd'hui, Crumb vit en France. Allez savoir pourquoi...