Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Haute couture : Louis Vuitton s'inspire de Ghost in the Shell

Antoine Oury - 10.03.2017

Manga/BD/comics - Univers Manga - Ghost in the Shell - Louis Vuitton Ghost in the Shell - Louis Vuitton manga


La sortie du remake hollywoodien de l'anime Ghost in the Shell, inspiré du manga de Masamune Shirow, est proche, mais l'hommage rendu par la maison de haute couture Louis Vuitton n'est pas le seul résultat du calendrier. Le créateur Nicolas Ghesquière, pour sa collection automne 2017, s'est directement inspiré de l'esthétique de l'œuvre et de ses personnages.

 

Motoko Kusanagi et le mannequin Miki Ehara

 

 

Nicolas Ghesquière, directeur artistique des collections femme de Louis Vuitton, est un grand amateur de culture japonaise, rappelle Crunchyroll. Evangelion, Sailor Moon ou encore le jeu vidéo Final Fantasy ont déjà fait l'objet d'hommages ou d'inspirations de sa part, dans de précédents défilés. Ghesquière propose le plus souvent une réinterprétation des costumes des personnages, en les croisant avec d'autres pièces vestimentaires.

 

Charlotte Gastaut devenue illustratrice d'un défilé de haute couture pour Fendi 

 

Cette fois, Ghost in the Shell était à l'honneur du défilé automne 2017 de la maison de haute couture, avec un défilé qui s'est ouvert sur la musique de l'anime Ghost in the Shell de 1995, composée par Kenji Kawai. Les pièces présentées par Ghesquière s'inspirent parfois de l'esthétique du manga, mais il faudra être un amateur chevronné du manga et de la mode pour retrouver les liaisons, pas si explicites. Avec cette collection, Ghesquières voulait évoquer le futurisme et la féminité.

 

 

Un prestigieux hommage, bien moins catastrophique que celui arrangé entre la maison Dior et Gallimard, pour le livre Lady, un recueil de nouvelles collectif écrit sur un sac à main iconique de Dior. Les différentes nouvelles, signées par Adam Gopnik, Cécile Guilbert, Nelly Kaprièlan, Camille Laurens, Alexander Maksik, Anthony Marra, Éric Reinhardt et Colombe Schneck, ont fait sourire, d'autant plus que Dior appartient à Bernard Arnault, également propriétaire de LVMH... Entré au capital de Madrigall, la holding Gallimard, en 2013.