Helldorado tome 3, Todos enfermos : joyeuse tuerie sous les tropiques

Clément Solym - 25.04.2009

Manga/BD/comics - Univers BD - helldorado - todos - enfermos


L’atmosphère saturée d’humidité de la petite île de Santa Maladria est le paradis des germes en tout genre. Face à la maladie, indiens syyanas et conquistadors, ennemis mortels de ce milieu du XVIIe siècle, sont donc logés à la même enseigne : ceux qui ne sont pas encore couverts de plaques et de bubons vont commencer à cracher leurs poumons sous peu.

Pavo-Caltan, le despote inca qui règne sans pitié sur son peuple voit sa fille partir un peu plus chaque jour sans que ces incapables médecins trouvent un remède plus efficace que du sang d’enfants réduits en purée. La solution tant convoitée à cette danse macabre est un jeune indien qui résiste à la mortelle fièvre tropicale. Mais, qui des Espagnols ou des Incas arrivera à mettre la main dessus en premier ?

De son côté, le capitaine fou à lier Abatirso a trouvé une solution provisoire et originale pour protéger le royaume espagnol de l’épidémie qui se propage dans la colonie. Le principe est simple : si personne ne sort de l’île, personne ne peut être infecté sur le vieux continent. Alors qu’ils patrouillent dans la jungle, des conquistadors croisent Huatsu, un jeune indien qui leur révèle l’affreux stratagème. Les marins repartis pour l’Espagne ne sont pas si loin que ça. Ils goûtent un repos bien mérité… et éternel.

La complexité du scénario de Jean-David Morvan et Miroslav Dragan est ici un atout décisif pour cette BD qui s’invite sur le terrain rebattu de la conquête espagnole. Les histoires s’entremêlent comme autant de fils pour tisser une trame solide qui conduit le lecteur dans un crescendo sanglant à grande vitesse. On ne trouve pas matière à s’ennuyer dans ces quarante-huit pages où règne la plus pure barbarie.

Les dialogues ajustés laissent beaucoup de liberté à Ignacio Noé qui exprime tout son savoir-faire dans des pages muettes facilitant une lecture rapide. C’est dans cet esprit qu’il faut parcourir la BD sans s’arrêter sur certains détails qui, regardés de près, peuvent paraître un peu légers. L’outil informatique permet des effets de couleur et de transparence explosifs sans toutefois gommer tous les traits superflus des croquis préparatoires.

Le parti pris réaliste qui se traduit par des scènes de boucheries putrescentes pourrait donner le mal de mer aux personnes sensibles. Si vous ne voulez pas trouver votre appartement tapissé par les entrailles de votre chat, un conseil, ne l’offrez pas à votre enfant de six ans. C’est juste un conseil, hein ! Je lisais Akira à 10 ans et je n’ai encore tué personne…

Helldorado tome 3. Todos enfermos, par Noé, Morvan et Dragan, publié chez Casterman, 10 €