Le créateur de Evangelion prophétise la mort de l'anime au Japon

Clément Solym - 27.05.2015

Manga/BD/comics - Univers Manga - Hideaki Anno - Evangelion manga - anime Japon


Il a apporté au monde une fresque mystique et futuriste tout bonnement splendide : Hideaki Anno, c'est l'homme derrière Neon Genesis Evangelion, tout simplement. Mais son regard sur l'industrie de l'anime fait froid dans le dos. Oh, la mort n'est pas annoncée pour la semaine prochaine, mais cela va arriver très rapidement. 

 

Evangelion Japon anime mort Hideaki Anno

 

 

Généralement, Anno est plutôt silencieux, et n'autorise pas les journalistes à lui poser de questions sur l'avenir d'Evangelion. En revanche, il s'est montré prolixe sur la mort de l'anime. C'est d'ailleurs dans le studio Ghibli, qu'il avait lancé deux films expérimentaux – et travaillé sur Nausicaä et Le Chateau dans le ciel

 

Mais voilà : « L'animation japonaise est en déclin. Elle a dépassé son zénith. Elle meurt. Elle tombe. Et quand on aura passé cet automne, probablement connaîtra-t-on un nouvel essor. La question est combien de temps, les gens de l'animation attendront avant cette reprise ? » 

 

Selon lui, le système économique s'est longtemps maintenu, mais « sa destruction n'est qu'une question de temps. Dans cinq ans, ou plus tard... » et ce sera la fin. Or, le problème viendra de ce que l'argent pour produire aura disparu, de même que l'on ne trouvera plus de personnes pour créer, sans préoccupations. « Pour faire de l'anime, une personne doit être au calme, et confiant dans ses perspectives économiques. »

 

Savoir ce que l'on mangera le soir même est toujours une préoccupation pour les artistes et créateurs. « Je crois que la culture, pour le film et l'animation en particulier, vit maintenant une période de décadence. » Si le Japon a été jusqu'à présent un territoire en mesure de financer sa création, mais désormais les pays asiatiques deviennent de plus en plus fortunés – et disposent des moyens pour mettre en œuvre des studios de création. Ce qui aura des répercussions pour le Japon, nécessairement.

 

Taiwan, par exemple, serait un des futurs territoires où s'exprimera une créativité nouvelle – déjà en cours. A l'occasion de l'un de ses voyages, Anno a d'ailleurs pu s'en rendre compte, et il a pu être témoin de l'énergie déployée et de la passion qui anime les créateurs. Par opposition à l'inertie en vigueur au Japon.

 

Non seulement la communauté des créateurs diminue, mais l'attractivité de ce genre est moindre, avec pour conséquence de réduire plus encore les projets et l'imaginaire. L'âge d'or serait donc derrière, et s'éloignerait plus encore. « Au Japon, il est devenu impossible d'être flexible et de trouver le moyen de faire une bande dessinée intéressante dans ces nouvelles conditions. »  (via Ria)