Judge Dredd embrasse un homme dans une boîte gay : scandale

Nicolas Gary - 26.01.2013

Manga/BD/comics - Comics - Judge Dredd - gay - boîte homo


En pleine période de débat sur la législation qui introduira le mariage pour tous, et que l'on baptise déjà Loi sur le mariage gay, l'apparition du Judge Dredd ne manque pas d'ironie. Outre que le personnage dans les comics incarne le machisme dans sa quintessence, Sylvester Stallone lui a donné ses lettres de noblesse avec cette célèbre sentence : « La loi, c'est moi. » Or, la loi pourrait bien être gay...

 

 

 

 

Entre deux accélérations de ces motos délirantes et puissantes que les Judge de l'univers créé par Jihn Wagner et Carlos Ezquerra, les forces de police de ce monde ébauché en 1977 n'a pas vraiment pris une ride. Et son retour dans l'actualité a quelque chose de troublant. Les auteurs de la nouvelle série mettant en scène le policier du futur ont provoqué un vif émoi auprès des fans, avec une double case lourde de conséquences. 

 

La loi s'entiche, la loi sans tache

 

Le légendaire redresseur de torts est présent sur une case, plongé dans un corps à corps voluptueux... avec un homme. Et en guise de légende, « I guess, somehow, I'd always known I was gay. I was just too scared to admit it. » (Je suppose que, d'une certaine manière, j'ai toujours su que j'étais gay. J'étais simplement trop effrayé pour l'admettre, NdR) Diable : Judge Dredd, désormais Judge Gay Dredd ? Voilà qui provoque l'ire des lecteurs, dont certains menacent même de réaliser un autodafé avec leurs exemplaires incriminés. Et d'accuser même les scénaristes d'avoir littéralement dénaturé l'authentique Judge.

 

Probablement faut-il se souvenir qu'au cours de l'année passée, plusieurs personnages de comics ont effectué leur coming-out, et que d'autres le feront encore à l'avenir. D'autant que, pour l'heure, un porte-parole de la maison d'édition assure que le personnage sur la case n'était finalement pas Judge Dredd, mais un homme habillé comme lui. Pour le scénariste, Rob Williams, il est amusant de maintenir l'ambiguïté, car Dredd « pourrait bien être homo, hétéro ou bi », mais ce qui prime c'est sa passion pour la loi. 

 

 

 

 

Surtout que, tout de même, ce costume... « Vous ne pouvez pas regarder ce dessin originel, d'un costume noir, de cuir et de chaîne, et ne pas y voir quelque chose de fétichiste. Mais si les sentiments de Dred sont si profondément cachés, il est extrêmement peu probablement qu'il ne les laisse jamais apparaître. » Et de confirmer que la planche qui a fuité sur la toile n'est vraiment pas celle avec le personnage de Dredd, l'authentique, mais plutôt un jeu dans le contexte d'une boîte homo...

 

Dans tous les cas, les comics sont un excellent lieu pour traiter de l'homophobie, souligne-t-il, et il espère surtout que la présence dans ces oeuvres donnera un peu de courage aux jeunes qui vivent leur sexualité en la réprimant. « Dredd a toujours été satirique, tout en abordant des problèmes extrêmement graves. Ceci en est un autre exemple. »

 

Une fois encore, la connexion sociale

 

Pour Rob, tant que l'on reste fidèle au personnage d'origine, on peut aborder toutes les questions sociales. « Et s'il pousse des boutons aux gens, tant pis. Je préférerais toujours une histoire provocatrice, plutôt qu'un enchaînement genre ‘Et ensuite, ils se sont affrontés'. En plus, mettre Dredd dans un club gay, rempli d'hommes vêtus comme lui, c'est une image assez drôle. Ça valait le coup rien que pour cela. »

 

Une association de mères américaines, particulièrement en colère contre cette visibilité de l'homosexualité dans les comics, avait écrit une lettre à Marvel, accusant l'éditeur d'« endoctriner les jeunes esprits impressionnables en mettant ces personnages homosexuels sur un piédestal et avec une lumière favorable ».

 

Et d'ajouter : « Les enfants ne savent pas ce qu'hétéro, homo ou même ‘sortir du placard' [NdR : expression pour désigner que l'on révèle son homosexualité] veulent dire, mais DC Comics et Marvel en se servant ainsi des super héros, vont semer le trouble et faire venir des questions, voire les sensibiliser à un autre choix de vie. Ces sociétés provoquent une discussion trop précoce sur l'orientation sexuelle »

 

Or, en traitant d'homosexualité, de mariage gay, les éditeurs ont, bien au contraire, fait un excellent travail : le mariage gay, dans les comics, ne se déroule pas nécessairement que l'union gay ou hétéro ou autre, dans la vie, ainsi que l'avait démontré le comics, non sans une certaine intelligence.