Kaoru Mori, mangaka tant attendue

Nicolas Gary - 23.03.2014

Manga/BD/comics - Univers Manga - Kaoru Mori - manga - éditions ki-oon


Ils auraient presque fracturé les portes closes de la Porte de Versailles, pour courir à travers la moquette en direction du stand de l'éditeur Ki-oon. La maison spécialisée dans les mangas ne s'étonne pas. Pourtant, dès 10h01, ils étaient des dizaines à s'engouffrer dans le Salon, en courant comme des dératés. Trouver une place, être dans les premiers, de toute urgence. Pour quoi ? Aller à la rencontre de Kaoru Mori.

 

 

Dédicace de Kaoru Mori

 

 

C'est inquiétant : pourquoi ces gens courent ? Une émeute ? Un tueur embarqué, qui depuis l'une des innombrables positions tout confort pour un sniper, a décidé de faire feu ? Un simple effet d'entraînement ? « Pourquoi tu cours ? Mais parce que TU cours ? Mais moi, je cours parce que tu cours !!! » Le dialogue serait surréaliste, mais comme dirait l'autre : Et pourtant, ils courent. Et ça commence à vraiment m'inquièter...

 

Les visiteurs, intrigués, amusés, voire inquiets, assistent à la déferlante : ils étaient plusieurs dizaines  à se ruer, manifestement avec une idée bien précise. Je les regarde passer, perplexe, et haussant les épaules, je préfère oublier : la jeunesse est souvent imprévisible. Mais, voyant que la marée humaine ne s'épuise pas, je finis par prendre le pli, et décide de suivre ces oisillons empressés. Ils convergent tous vers le stand de la maison Ki-oon... 

 

L'éditeur avait charitablement averti : certes l'auteure sera présente pour des dédicaces, mais il n'y en aura pas pour tout le monde. 

 

 

 

 

Eh oui, Kaoru Mori : compte parmi les invités de cette édition, et se rendait pour la première fois de sa vie de créatrice en France. Je résume : il est 10h03, le Salon se gorge de visiteurs, paisibles, calmes, et une horde d'adolescents se précipite à la rencontre de la mangaka adulée. « La dédicace est à 13h », m'indique une personne, aux yeux de qui je passe pour un extraterrestre : comment ça, j'ignore l'importance de l'auteure ? « Vendredi, elle dédicaçait à 15h, ils attendaient déjà à 10h. On a même une personne qui a fait la queue à partir de six heures du matin, vendredi », ajoute-t-il pour mieux me faire mesurer l'ampleur de cet engouement.

 

Quelle réjouissante nouvelle. « Ah, encore, pour ces mangas », peste un chaland mal luné, qui passe à proximité. Mais quoi : il faut savourer, une bonne nouvelle ! Qu'ils lisent, qu'importe ce qui les fait vibrer...

 

« Nous n'avons que 120 places, pour cette dédicace », continue mon interlocuteur de Ki-oon. Je ne saisis pas : « Elle ne peut pas réaliser plus de 120 dessins en quatre heures. » Ce qui représente tout de même un rythme velu de 30 dessins à l'heure, non ? Donc un toutes les deux minutes... 

 

 

Dédicace de Kaoru Mori

 

 

Cela n'avait pas traversé l'esprit des des jeunes qui patientent. « C'est super cool », me dit l'une d'elles, alors que plusieurs retardataires, pour quelques secondes, observent, dépités, la queue qui s'est constituée. « J'ai pas eu de chance. Je vais la voir, mais elle ne me signera pas son livre », avoue, avec les lèvres qui tremblent un peu, un ado, à proximité du stand. 

 

Je préfère les abandonner, ma curiosité satisfaite : les peines et les joies d'adolescents, les adultes ne les comprennent jamais très bien.