L'Adam dur avec Wonder Woman ?

Clément Solym - 29.02.2012

Manga/BD/comics - Comics - Wonder Woman - hommage - film


L'ambassadrice des Amazones a vécu bien des aventures depuis sa création en 1941 par William Moulton Warston, alias Charles Moulton. Quitte à tomber un peu trop souvent dans la gueule du loup, comme le note la boutique Dave's Comics sur Twitter. Même si elle s'en sort à chaque fois, elle n'en finit pas de voir son adaptation cinématographique repoussée : parce qu'elle le vaut bien ?


Pour les scénaristes et les dessinateurs, toutes les créatures possibles et imaginables se sont fait les dents, un peu, beaucoup, à la folie sur la brune. Tombée entre les crocs de bestioles toutes plus horribles les unes que les autres, Wonder Woman finit même avec Cerbère dans le n°6 de la nouvelle série DC, les New 52.

 

Les couvertures des comics, partagées par Dave's Comics

 

 

Mais qu'est-ce qui les pousse donc à confronter la belle avec une rangée de dents acérées ? On notera que tous les auteurs sont des hommes, et on avancera donc une explication qui vaut ce qu'elle vaut : cela résulte probablement d'une sublimation de la grande peur masculine du vagina dentata.

 

Cette peur serait-elle elle-même tirée du fait que Wonder Woman est une battante, une féministe de premier rang qui assume ses formes généreuse et porte (carrèment bien) la culotte ? Un documentaire consacrée à l'amazone revient sur ces années de bons et loyaux services d'une héroïne un peu mal aimée.

 

 

 

Si la guerrière a eu droit à ses produits dérivés et à une série télévisée plutôt catastrophique dans les années 70, le projet d'une aventure sur grand écran n'en finit pas, lui, de crever la gueule ouverte. On a parlé pendant un temps de Joss Whedon (le créateur de Buffy contre les vampires, la série qui inculqua mieux que Le Deuxième Sexe le féminisme à la génération Y) à la réalisation, avant d'évoquer aujourd'hui Nicolas Winding Refn (la trilogie Pusher et Drive).

 

Lequel avait déclaré mi-2011, en rapportant des propos d'un responsable de Warner Bros, que si son remake de L'Âge de cristal « est bon, je ferai Wonder Woman ».

 

Un remake de la série aurait dû voir le jour en 2011, mais la NBC a annulé la série après avoir vu le pilote. La gamelle de l'actrice Adrianne Palicki dans cette vidéo du Telegraph faisait figure de prophétie. Espérons pour l'amazone que cette dernière ne se transformera pas en malédiction...