L'agence WIPO des Nations Unies condamne le scantrad

Clément Solym - 12.10.2011

Manga/BD/comics - Univers Manga - wipo - scantrad - menace


L'agence WIPO (World Intellectual Property Organization) des Nations Unies spécialisée dans les questions liées au droit d'auteur a fait paraître dans son magazine de septembre un article consacré au manga.

La première partie de cet article fait un bref topo historique et économique du « phénomène manga » au Japon et dans le monde. La deuxième partie se penche sur la question du piratage. L'organisation indique que le piratage est une menace réelle pour l'industrie du manga : « Hélas, ce qui a commencé comme une pratique de fans enthousiastes est devenu un grave fléau pour l'industrie. Ce que l'on appelle scantrad (le fait de scanner, traduire et poste des manga sur l'internet) frappe en fait les manga en plein coeur et menace leur existe même ».


Pour donner à mesure l'ampleur du problème, la WIPO ajoute : « Les groupes de scantrad, qui sont maintenant bien plus d'un millier, perpétuent une forme de piratage hautement corrosive qui menace l'industrie, causant la chute des ventes mondiales de manga et forçant les éditeurs à licencier du personnel. De 2007 à 2009 par exemple, les ventes de manga aux États-Unis ont chuté de 30 % forçant un important éditeur à licencier 40 % de ses effectifs ».

L'organisation a aussi évoqué la position des mangaka (auteurs de manga) expliquant que sur les à-peu-près 3 000 mangaka du Japon seulement 10 % gagnent assez d'argent pour vivre de leur art. Pour les autres les choses sont plus compliquées et les paiements des droits d'auteurs sont une ressource essentielle pour leur survie. Et de conclure : « La simple vérité est que si les mangaka ne peuvent pas vivre de leur art, il n'y aura pas de manga ».

L'organisation est enfin revenue sur un concours organisé par ses bureaux au Japon. Ce concours a été subventionné par le MOFA (ministère japonais des Affaires Etrangères) et le Japan Patent Office (JPO) avec le soutien de Kadokawa. Il invitait les mangaka à proposer un manga illustrant les risques de santé et de sûreté encourus par l'achat de produits contrefaits. Les mangaka ont pu déposer leurs oeuvres du 03 août au 15 octobre 2010.

 


C'est Emiko Iwasaki qui a remporté ce concours avec son titre HONMONO. Ce manga raconte l'histoire d'un jeune homme, Hayato, qui travaille comme livreur pour un magasin. Il va être confronté à des produits contrefaits et va apprendre à faire la différence avec les produits originaux. Avec une histoire assez simple et un ton très didactique, le message est clair.

On peut retrouver ce manga en PDF gratuitement et légalement à cette adresse. Il compte 35 doubles pages et il est tout en anglais (niveau de langue simple) ou en japonais. Des versions en arabe, chinois, espagnol, russe et français devraient arriver prochainement. Le manga sera aussi disponible en version imprimé et toujours gratuitement.

 

Ken-Ichiro Natsume du JPO a déclaré à propose de ce manga : « J'espère qu'en le lisant, plus de personnes auront une meilleure compréhension des dangers d'acheter des contrefactions et réaliseront qu'elles peuvent faire une différence et aider à réduire les méfaits que causent ces produits. Je crois vraiment que c'est possible avec le pouvoir du manga ».