L'auteur BD Maximilien Leroy interdit de séjour en Israël

Julien Helmlinger - 22.10.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - Maximilien Leroy - Censure politique - Israël - Palestine


La semaine dernière, l'auteur français de bandes dessinées Maximilien Le Roy, qui entendait se rendre à un festival BD à Jérusalem, s'est fait refouler dès son arrivée à l'aéroport de Ben-Gourion. Selon une correspondante de Rfi basée dans la capitale, à l'issue d'un interrogatoire de quatre heures l'artiste a appris qu'il était interdit de territoire pour une durée de dix ans en Israël, sans motif explicite. Censure politique ?

 

 

Faire le mur 

 

 

Visiblement, la dénonciation de l'occupation des territoires palestiniens ne serait pas tolérée en Israël, même si le ministère des Affaires étrangères local se refuse pour l'heure à tout commentaire, arguant d'un manque d'informations. Comme l'a expliqué l'auteur à RFI, au moment de conclure l'interrogatoire un employé du ministère de l'Intérieur lui aurait néanmoins annoncé : « Vous pourrez dire du mal de nous (d'Israël) autant que vous voulez dans votre pays, mais plus ici. »

 

Comme nombre de ses pairs de la BD, Maximilien Le Roy pratique un art engagé, et notamment en faveur de la cause palestinienne, il ne s'en cache pas, même s'il explique donner la parole aux deux camps en ses ouvrages. Il dépeint notamment l'occupation israélienne en Cisjordanie comme à Gaza, lors de la guerre de 2008-2009, dans les pages de l'ouvrage collectif Faire le mur.

 

Par ailleurs, comme Tardi, le Français faisait également partie des auteurs à avoir protesté via une pétition contre le décrié sponsor du dernier Festival d'Angoulême : Sodastream, à qui l'on reproche de contribuer à la colonisation de territoires palestiniens et l'exploitation de travailleurs locaux.

 

Quoi qu'il en soit, pour sa participation attendue au festival de Jérusalem, et comme pour tout éventuel projet de voyage en Palestine, c'est désormais compromis pour lui. Et Maximilien Le Roy s'indigne : « C'est comme si j'avais voulu poser des bombes ! [...] Mais on ne peut pas trouver une seule ligne [Ndr : en ses œuvres], pouvant justifier une telle interdiction. C'est surtout inquiétant pour la vie démocratique d'une nation qu'elle ne puisse pas tolérer une parole critique sur son territoire. »

 

Si les autorités françaises sur place ne se sont pas davantage mouillées que le ministère des Affaires étrangères israélien, l'artiste ne serait pas le premier à se voir ainsi interdit de territoire pour une décennie. Ce fut notamment le cas de la photographe Mouna Saboni. Certains diplomates pourtant se seraient confiés en coulisses quant à leur irritation face à cette pratique. (via Rfi)

 

Contactées par ActuaLitté, les éditions Casterman cherchent actuellement à joindre l'auteur avant de faire le moindre commentaire sur cette situation. Nous mettrons à jour cette information dès que possible.

 

 

L'auteur BD Maximilien Leroy interdit de séjour en Israël, par Arthur Poidevin

Par Arthur Poidevin, du CESAN