L'incroyable BD d'Emil Ferris reçoit le Grand Prix ACBD de la Critique 2019

Nicolas Gary - 10.12.2018

Manga/BD/comics - Univers BD - Grand Prix ACBD Critique - ACBD 2019 - Emil Ferris BD


Il ne suffit pas d’aimer les monstres, encore faut-il leur donner une existence, pour mieux les exorciser. C’est en substance le récit d’Emil Ferris, traduit par Jean-Charles Khalifa, Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, publié cet automne par les éditions Monsieur Toussaint Louverture. Et l’ouvrage vient de remporter le prix ACBD de la critique 2019.


ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
Ce roman graphique avait survolté la rédaction – et la rencontre avec l’auteure lors du Salon du livre de Montréal, confirmé que l’on avait affaire là à une femme exceptionnelle. Atteinte d’une maladie dégénérative, pouvant entraîner une paralysie, voire la mort, l’auteure s’était battue, pour s’offrir une nouvelle existence. 

Résumé du jury : 
 

Moi ce que j’aime, c’est les monstres est le premier roman graphique de l’Américaine Emil Ferris, née en 1962. Dans cet album puissant, au dessin ébouriffant, elle brasse les époques et les récits, d’inspiration autobiographique. 

Contant l’enfance d’une fillette des années 1960 dans un quartier miséreux de Chicago : la jeune Karen fait chaque jour face à l’horreur et à la souffrance, et se représente en monstre. Quand sa voisine meurt dans d’étranges circonstances, elle décide d’enquêter. L’occasion pour l’autrice de plonger ses lecteurs dans l’Allemagne nazie, où la victime a grandi et a été persécutée…


Au troisième tour des votes, le livre a finalement été élu par le jury, et succède donc à La Terre des fils de Gipi. 
 
Le Grand Prix de la Critique ACBD a pour ambition de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie ».

L’an prochain, il sera encore plus appréciable de ne pas omettre le nom du traducteur...

Emil Ferris, trad. JC Khalifa – Moi, ce que j'aime, c'est les monstres – Monsieur Toussaint Louverture – 9791090724471 – 34,90 €

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones

Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Monsieur Toussaint Louverture
Genre :
Total pages : 416
Traducteur : jean-charles khalifa
ISBN : 9791090724471

Moi, ce que j'aime, c'est les monstres

de Ferris, Emil

Chicago, fin des années 1960. Karen Reyes, dix ans, est une fan absolue des fantômes, vampires et autres morts-vivants. Elle se voit d'ailleurs comme un petit loupgarou : d'après elle, dans ce monde, il est plus facile d'être un monstre que d'être une femme. Un jour de Saint Valentin, au retour de l'école, Karen apprend la mort de sa belle voisine, Anka Silverberg, une survivante de l'Holocauste. Elle décide alors de mener l'enquête et va vite découvrir qu'entre le passé d'Anka au coeur de l'Allemagne nazie, son quartier

J'achète ce livre grand format à 34.90 €