L'Internet de la haine : la peste cyber

Clara Vincent - 04.10.2019

Manga/BD/comics - Univers BD - Edition Cambourakis - Bande dessinée - internet harcèlement


Johanna Vehkoo est une journaliste finlandaise indépendante, qui enquête principalement sur les affres de l’internet. Spécialiste de la désinformation et de la vérification des faits, elle a cofondé le site d’investigation Long Play, lauréat d'un prix pour ses capacités d'investigation. Une carrière qui lui a valu en 2019 le Prix de la liberté d’expression par le PEN club finlandais.
 

Le 2 octobre dernier, Johanna Vehkoo et l'illustratrice Emmi Nieminen ont fait paraître une bande dessinée intitulée L’Internet de la haine. Éditée aux éditions Cambourakis, elle résulte d’une enquête menée par la journaliste sur le harcèlement en ligne. Un phénomène dont elle fut elle-même victime.

Le travail de Johanna Vehkoo se concentre sur les sites de désinformation, dont certains sont affiliés à l’extrême droite. Contribuant à bloquer l’accès de ces pages, la journaliste a, par la suite, fait l’objet de représailles. Une série de menaces, lancées d’abord sur Facebook puis par courrier s’en sont suivies – menaces de mort y compris.  

Après cet épisode, Johanna Vehkoo a décidé de répondre à ses assaillants. Mais elle ne voulait pas se borner à son cas personnel, consciente de l’ampleur considérable que le phénomène a pris ces dernières années, tous territoires confondus. 

Dans son ouvrage, elle s’attache à définir le profil des cyberharceleurs et d’en établir leurs procédures d’agissement. Parmi les constats qu'en a tirés la journaliste, il ressort que les femmes sont les plus touchées par ce genre d’attaques.  
 

Composé de témoignages, d’investigation, de documentation et de conseils, ce livre rend compte d’un phénomène souvent sous-estimé, mais très répandu : le cyberharcèlement, qui touche principalement des femmes et des minorités. 


Une réalité qu’avaient notamment mise à jour deux enquêtes réalisées au niveau international. En automne 2018, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) avait révélé que 64 % des femmes qu’elle avait pu interroger déclaraient avoir été victimes de harcèlement. Un bilan que venait appuyer un autre rapport de Reporters sans frontières, publié l’été de la même année. En effet, celui-ci établissait que pour deux tiers des femmes concernées, les attaques s’étaient produites dans 25 % des cas sur internet. 

La bande dessinée Internet contre la haine a pour ambition de lutter contre l’une des conséquences premières de ce fléau du web : l’autocensure. La publication étant l’un des moyens de contribuer à mettre sur le devant de la scène publique un sujet d'une telle envergure sociale et sociétale. 

Un travail qui a déjà porté ses fruits, car comme le rapporte le site suédois Journalisten, parmi les différentes personnes dont Johanna Vehkoo a recueilli le témoignage, certaines se sont regroupées au sein d’une association visant à lutter contre ce phénomène.

<

>



Emmi Nieminen & Johanna Vehkoo, Trad. finnois Kirsi Kinnunen - L'Internet de la haine - Cambourakis - 978 2 36624 445 8 - 20€


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.