La bande dessinée réunie autour de Charlie Hebdo

Cécile Mazin - 12.01.2015

Manga/BD/comics - Univers BD - Je Suis Charlie - Spirou Magazine - bande dessinée


Il fallait bien qu'il y ait un après. Et pour l'accompagner, les éditeurs de bande dessinée en France ont décidé de s'associer : une vingtaine de maisons a choisi de se regrouper pour un nouvel hommage aux dessinateurs de Charlie Hebdo, Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et Honoré. Ils font communément réaliser un ouvrage de 200 à 300 pages, un livre collectif totalement inédit.

 

 

Casterman, Dargaud, Delcourt, Drugstore, Dupuis, L'École des loisirs, Fluide glacial, Futuropolis, Glénat, Jungle, Kana, Le Lombard, Panini, Soleil, Steinkis, Urban Graphic, Vents d'Ouest : jamais aucun titre n'avait réuni autant de partenaires. Et d'autres pourraient également rejoindre le projet. Selon Philippe Ostermann, directeur général délégué de Dargaud, chacun de ces acteurs était lié « à l'histoire de Charlie Hebdo ». Des personnalités comme Cabu ou Wolinski « ont marqué toutes les générations d'auteurs de bande dessinée. Il fallait faire quelque chose ».

 

Le premier tirage devrait être porté entre 50.000 et 100.000 exemplaires, assure Le Monde, et la BD regroupera des planches, des strips et autres gags. Les bénéfices de l'œuvre seront donnés aux familles des victimes des attentats. La date de parution est prévue pour le mois de février.  

 

 

 

En parallèle, la maison Dupuis va profiter de son magazine, Spirou, pour éditer un hors série spécifique, ce 16 janvier, proposé exclusivement dans les kiosques. « Comme des centaines de millions de citoyens de par le monde, nous avons été bouleversés par cet attentat barbare qui cherche à museler notre liberté d'expression et à déstabiliser notre société », explique l'éditeur. 

 

Revendiquant les valeurs de liberté, solidarité, tolérance, amitié, intelligence et humour, le magazine illustrera donc ces idées. « La liberté d'expression est l'un des principes les plus précieux de notre société, elle permet à tout un chacun de faire valoir ses idées, y compris celles —­ et c'est là toute la fragilité du système ­— qui s'opposent à la démocratie », rappelle Spirou.

 

À l'occasion de la 42e édition du Festival de la BD d'Angoulême, les organisateurs veulent voir la création d'un Prix Charlie, une récompense qui viendrait honorer la liberté d'expression. Franck Bondoux, délégué général de cette manifestation, précise que « le Festival doit avoir cette année une dimension exceptionnelle », et ajoute que « l'édition 2015 sera un temps de mémoire, de résistance, de débat sur la liberté d'expression, et de rassemblement ».

 

Wolinski, mort dans l'attentat, avait reçu le Grand Prix du Festival en 2005. Au cours de cette manifestation, des débats seront organisés et de nombreux dessins seront exposés autour de Charlie Hebdo. 

 

Le prochain numéro de Charlie Hebdo sortira ce mercredi, avec un tirage d'un million d'exemplaires. Outre la mobilisation constatée à Angoulême, annoncée par le Festival, la Cité de la BD a également déroulé deux kakemonos en hommage. Le Fauve du Festival d'Angoulême « Je suis Charlie », créé par Lewis Trondheim,  et les noms des douze personnes assassinés, seront affichés durant tout le mois de janvier sur la façade de l'Hôtel de Ville et dans le temps du Festival. 

On n'oubliera pas Cabu, l'amoureux de Charles Trenet et de Cab Calloway, caricaturiste génial, dessinateur tout terrain, père du Grand Duduche du « beauf' ». On n'oubliera pas le délicieux Georges Wolinski qui le premier mêla érotisme et politique, rédacteur en chef inspiré de Charlie Mensuel, la meilleure revue de bande dessinée des années 1970. Certains membres de La Cité avaient eu le privilège de travailler avec lui sur l'exposition d'hommage que lui avait consacré le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême en 2005. Ils gardent l'image d'un homme affable, amical, drôle, formidable raconteur d'histoires, intarissable sur le dessin et les femmes. On n'oubliera pas Charb le rageur, l'élégant Tignous et le faussement hiératique Honoré. Ils ont payé de leur vie le fait d'être des dessinateurs d'exception. On aura une pensée pour tous ceux qui, policiers, correcteur… ont hier payé de leur vie le fait de participer à l'aventure unique qu'est Charlie Hebdo.