medias

La diversité ne serait pas responsable des mauvaises ventes chez Marvel

Elodie Pinguet - 06.04.2017

Manga/BD/comics - Comics - Ventes Marvel - diversité différence - ventes comics


La diversité des héros est un sujet largement abordé ces derniers temps. Et si chez Marvel, on note une petite baisse dans les ventes de comics, elle s'explique de par la diversité des personnages et des nouveaux héros – loin des figures traditionnelles. C’est du moins ce qu’a annoncé David Gabriel, le vice-président des ventes. Et s’il se trompait ?

 

 

 

Le 31 mars dernier, dans une interview accordée à ICV2, David Gabriel affirmait que « les gens ne voulaient pas plus de diversité. Ils ne voulaient pas de personnages féminins ». Selon lui, c’est ce qu’affirment les chiffres de vente.

 

Il s’est rapidement rattrapé par la suite, précisant que les nouveaux héros de Marvel, comme Mighty Thor, Spider-Gwen ou Squirrel Girl sont accueillis et soutenus par les fans ou des magasins qui « en veulent plus ».

 

Seulement voilà, il a été reproché à David Gabriel de ne pas apporter de preuve concrète au fait que les nouveaux héros faisaient chuter les ventes des meilleurs livres chez Marvel. Le site Comics Book Resources (CBR) a mené l’enquête. Dans la liste des 10 meilleurs livres chez Marvel, on retrouve seulement trois livres de la diversité, mettant en scène des femmes ou des personnages de couleur : The Mighty Thor, Invincible Iron Man et Black Panther.

 

Les autres sont des titres présentant « des héros mâles blancs ou des équipes composées principalement de héros mâles blancs ». Et pourtant, toutes ces ventes connaissent un certain flottement. Néanmoins il est avéré, avec trois titres dans le top 10, que la diversité a su faire vendre chez Marvel. Black Panther est par exemple numéro 2 en terme de ventes sur les séries de super-héros en cours.

 

D’après CBR, la réalité est que les ventes ont commencé à chuter chez Marvel dès la fin du comics Secret Wars. De plus le groupe a lancé ou relancé, entre octobre 2015 et février 2017, près de 104 séries de super-héros, qui n’ont pas toutes « réussi à trouver un public ». Vingt-cinq de ces séries ont déjà été annulées.

 

Les titres mettant en scène la différence se vendent, c’est indéniable, même s’ils sont écoulés à moins d’exemplaires que les super-héros classiques. Par exemple, en février 2017, 22 086 de titres divers ont été vendus, contre 24 853 exemplaires pour les super-héros blancs.

 

Pendant les dernières années, il semblerait que les ventes d'aventures de héros traditionnels Marvel « ont diminué de dizaines de milliers d’exemplaires ». Dire que différence et diversité ne rapportent rien est donc un propos à nuancer...