Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La douane canadienne s'intéresse de près aux comics

Clément Solym - 11.05.2011

Manga/BD/comics - Comics - comics - saisi - frontière


Difficile à croire mais pourtant vrai...Au passage de la frontière entre les Etats-Unis et le Canada, deux participants du Toronto Comic Arts Festival se sont vus faire les frais d’un excès de zèle de la part des douaniers canadiens. Certains comics transportés ont été saisis au motif d’obscénité et autres contenus subversifs. A croire qu’on s’ennuie plutôt fermement du côté de la frontière canadienne.

C’est tout d’abord la mésaventure arrivée à l’auteur Tom Neely, qui a participé au volume dédié à l’humour noir Black Eye, au même titre que 40 autres de ses confrères. Les douaniers ont retenu contre lui cinq exemplaires de Black Eye. Ils estimaient en effet que ces ouvrages renfermaient un contenu obscène.


Même s’il a tenté de s’expliquer avec les douaniers, Tom Neely a dû néanmoins leur abandonner les cinq exemplaires qui vont être envoyés à Ottawa pour mettre un œuvre un examen plus poussé. Si l’accusation d’obscénité est retenue, les volumes seront détruits. Si ce n’est pas le cas, ils seront renvoyés à leur propriétaire…

Si ce cas était isolé, on pourrait croire à une mauvaise blague. Mais la même aventure est survenue à Dylan Williams, éditeur du roman graphique , de Blaise Larmee. Alors qu’il se rendait toujours au Toronto Comic Arts Festival, les exemplaires qu’il portait avec lui ont été saisis.

De tels actes posent sérieusement la question de la liberté d’expression. On se croirait revenu au XVIII° siècle, époque où l’on publiait les romans qui n’étaient pas vraiment en odeur de sainteté à l’égard du régime en place hors des frontières de l’hexagone. Il fallait ensuite les mettre en circulation, à leur retour en France, de façon très discrète…