La planche d'Astérix trouvée dans une poubelle a une propriétaire

Nicolas Gary - 21.10.2013

Manga/BD/comics - Univers BD - Albert Uderzo - Astérix - vente aux enchères


Information ActuaLitté : En 1964, Denise Benariac et Jack Paul ouvrent un restaurant dans le coeur de Paris, Chez Denise. Un bistrot qui a traversé les années, situé en plein quartier des Halles. Un établissement où les places sont rares, tant la notoriété est grande et la qualité au rendez-vous. D'ailleurs, le restaurant est fermé les samedi et dimanche, c'est dire.

 

 

 

 

Le restaurant est toujours accueillant, sous un autre nom : La tour Montlhéry, mais Jack Paul est décédé, et Frédéric, le beau-fils de Denise est entré dans l'affaire. Mais outre les affinités que l'on pourrait avoir pour la côte de boeuf et le rognon de veau, ces informations n'auraient pas grand-chose à voir avec les univers du livre. À moins que... 

 

À moins que la semaine passée, une planche dessinée par Albert Uderzo n'ait fait l'information. Un particulier aurait retrouvé dans un local poubelle un dessin original, dédicacé par Uderzo, et adressé « à Denise et Jack Paul ». Troublante coïncidence. 

 

D'autant plus que, selon les informations avancées par le Figaro qui dévoilait la chose, c'est à la suite du décès de la personne qui détenait la planche que l'on a vidé son appartement, et que les déménageurs auraient passé à la poubelle la fameuse planche. Jusqu'à ce qu'un particulier ne mette la main dessus et décide de la vendre aux enchères, chez Artcurial, le 16 novembre prochain.

 

Montant de l'estimation, entre 70 et 90.000 €, voilà qui n'est pas tout à fait anodin.

 

 Ce qui est à toi devient à moi... mais peut te revenir

 

La législation française, concernant les objets trouvés, est très claire : l'objet appartient toujours à son propriétaire, et il est rudement conseillé de déposer un avis auprès des objets trouvés, permettant d'assurer à celui qui a découvert de ne pas se placer dans la position d'un être malintentionné, avec la volonté de déposséder le propriétaire de son bien. On se reportera pour la suite à l'article L2276 du Code civil.

En fait de meubles, la possession vaut titre.

Néanmoins, celui qui a perdu ou auquel il a été volé une chose peut la revendiquer pendant trois ans à compter du jour de la perte ou du vol, contre celui dans les mains duquel il la trouve ; sauf à celui-ci son recours contre celui duquel il la tient.

 

Ce qui revient à dire qu'il suffit d'être en possession de quelque chose, pour avoir le titre de propriété dudit objet - en l'occurrence, le terme meuble n'est pas à prendre au sens propre : il distingue, en droit, un élément isolé, d'un élément pris dans une globalité, que l'on appelle dans ce cas, immeuble. La magie de la parole juridique...

 

 

Chez Denise - La Tour Montlhéry

 

 

Dans tous les cas, le précédent propriétaire de ladite planche est assez aisé à reconnaître, bien que cette dernière ait tout à fait pu être cédée entre le moment de la dédicace adressée aux restaurateurs, et sa découverte dans un local poubelle.

 

Contactée par ActuaLitté, Denise Paul tombe des nues. Elle n'a aucun souvenir de cette planche dédicacée, même si elle s'explique bien qu'elle ait pu finir dans un local poubelle : « Il y a 3 mois, j'ai fait débarasser un box, les employés m'ont dit "C'est tout moisi, rien n'est récupérable". » L'amour du travail bien fait...

 

« Vous savez, il est passé tellement de monde, en 47 ans... Uderzo venait très souvent pour manger ici. Il connaissait très bien Monsieur [Raymond] Moretti, le peintre », se souvient Denise Bénariac. Son restaurant est ouvert depuis 1966, la planche est datée de 1968

 

La restauratrice nous assure qu'elle va de toute manière contacter Artcurial pour tenter de récupérer son bien avant qu'il ne soit vendu aux enchères : « Combien ça peut valoir, cette planche ? », demande-t-elle avec nonchalance... Dans tous les cas, enchères ou non, il devrait lui être possible, légalement, de reprendre possession de son bien.