La police égyptienne fait une rafle chez un éditeur

Clément Solym - 17.04.2008

Manga/BD/comics - Univers BD - Égypte - Metro - police


Il est rare que nous mentionnions l'activité des créateurs de bulle, mais comme il ne s'agit pas d'une première de la part de la police égyptienne, l'événement mérite d'être signalé. Durant le Salon du livre au Caire, les autorités avaient ainsi confisqué des livres sans aucune explication.

Metro : stock inhabituellement épuisé

Eh bien récidive, donc, puisque Mohammed al-Charqaoui a vu débarquer dans sa maison d'édition les forces de l'ordre le 6 avril dernier, saisissant tous les exemplaires d'une BD bien ciblée, sans autre forme de procès. C'est Magdi Al shafei, l'auteur du titre Métro, qui a signalé cette rafle. Plus de stock du tout, donc, chez Mohammed, personnage aussi connu pour sa présence dans la blogosphère égyptienne.

Mais cette mise sous silence n'a pas simplement frappé l'éditeur, puisqu'une librairie où Magdi avait réalisé des dédicaces a également été frappée : « Une employée m'a informé qu'il avait été saisi », explique-t-il. Et d'ajouter : « Mohammed al-Charqaoui avait reçu une lettre selon laquelle un lecteur avait été affecté par cette bande dessinée parce qu'elle blesse les sentiments des lecteurs, mais il n'y avait pas prêté attention. »

V pour vendetta policière ?

Si la Naira Sheikhfiancée de l'auteur clame qu'il s'agit là d'une vendetta, on apprend également que ce raid serait l'effet de la police des moeurs, qui traite d'ordinaire des délits sexuels, ce qui étonne d'autant plus Naira. Selon elle, cette BD ne contient pas plus de scènes sexuelles que d'autres qui n'ont connu aucun problème. Un porte-parole du ministère a déclaré qu'il n'avait aucune information sur ce raid.

En revanche, elle explique que dans d'autres publications, la police aurait été largement critiquée. L'éditeur aurait même séjourné en prison et aurait subi des tortures et viols de la part des forces de l'ordre.

Metro raconte l'histoire d'un jeune informaticien et prend appui sur des éléments réels de la société égyptienne, écorchant la corruption du régime et les inégalités de la société.