medias

La promotion un peu gonflée de deux salons choque les fans de comics

Antoine Oury - 12.03.2014

Manga/BD/comics - Comics - promotion - Capital City Con - Toronto Comic Con


Les éditeurs de comics ont pris conscience que les lecteurs étaient de plus en plus souvent des lectrices, mais le monde des super-héros et autres personnages dessinés semble toujours avoir un problème avec le lectorat des comics. Deux conventions, gigantesques rassemblements autour de ce secteur de l'édition, se sont laissées prendre dans une promotion gonflée... ou culottée, c'est selon.

 

 


La carte postale promotionnelle de la Capital City Con, à Austin

 

 

Pour la convention Capital City Con, organisée à Austin, au Texas, en juillet prochain, les organisateurs ont jugé bon d'imprimer une série de cartes postales vantant les mérites de la ville « où tout est plus gros »... Y compris les attributs des super-héros et super-héroïnes. Pastiches des dessins suggestifs en vogue dans les comics ou des cartes postales touristiques d'un goût douteux, le message n'est pas bien passé, quoi qu'il en soit...

 

 Sur les réseaux sociaux, les fans ont rapidement réagi : « Cela ferait une bonne publicité pour un club de strip-tease... Pour une convention de comics, un peu moins », note l'auteure et éditrice Heidi MacDonald sur Twitter. Dans un secteur éditorial où les femmes représentent désormais une bonne partie du métier et des lecteurs, le stéréotype du lecteur de comics obsédé et boutonneux n'invite pas vraiment à répondre présent.

 

Sur Facebook, les organisateurs ont d'abord donné une réponse... très libre : « Il s'agit d'un des très nombreux prospectus utilisés pour la promotion de la convention. J'aime l'idée d'interpeller tous les membres de la communauté des fans de comics, et celle-ci est l'une des plus humoristiques. Et si cela vous dérange, je dois me poser la question : êtes-vous déjà allé à une comic-con ? »

 

Rapidement, les équipes de communication ont visiblement été recadrées par l'organisateur, qui a fait parvenir un communiqué de presse confirmant le retrait des cartes pointées comme sexistes : « À l'avenir, nous n'utiliserons plus les personnages dans une telle posture. Nous tenons à nous excuser auprès de toute personne choquée par cette campagne initiale. » 

 

La Toronto Comic Con, qui a eu lieu le week-end dernier, s'est également heurtée à des protestations après avoir proposé des billets pour « faire des câlins aux cosplayers ». L'expression a été perçue comme insultante vis-à-vis des visiteurs costumés, particulièrement les femmes, régulièrement victimes de harcèlement.

 

Cette fois, les organisateurs n'ont pas retiré la formule, mais ont précisé, par email : « Nous avons pensé préciser que les câlins devaient être consentis, mais nous nous sommes dit que cela nous obligerait à faire passer en premier les règles devant le fun, ce qui heurterait l'esprit de la convention au moins autant que ceux qui en transgressent les règles. » Le règlement interne de la convention précisait par ailleurs que toute attitude irrespectueuse lors de la convention vaudrait une expulsion.