Cette semaine, ActuaLitté est particulièrement fier d’accueillir un personnage de renom, dans le monde de la bande dessinée. À l’occasion du Festival d’Angoulême, Clochette, figure de proue des librairies BDfugue, vient nous raconter sa vie dans le monde des bulles. Une rencontre agréable, que l’on devrait généraliser au cours des prochaines semaines.

 

Elle qui accompagne la lettre d'information hébdomadaire de BDfugue, viendra désormais donner son avis, justement parce qu'on lui a demandé. La parole est à Clochette.

 

 

 

BONJOUR ACTUALITTÉ ! La semaine dernière, j'illustrais la grande capacité des Éditions Albert René à occuper l'espace médiatique en plein festival d'Angoulême... Cette semaine, qualifions cette capacité de monumentale... car c'est ce qu'ils ont fait.


La ville d'Angoulême a érigé un monument en l'honneur de René Goscinny dont nous fêtons en 2017 le quarantenaire de la mort. Et quand il a phallus choisir un monument, une décision s'est imposée : pour Astérix, un Obélisque* !


Également, le festival a réssucité le prix René Goscinny créé en 1988 et remis jusqu'en 2008 à un jeune auteur pour la qualité de ses scénarios.


Et le gagnant est... plus si jeune... puisqu'il s'agit d'Emmanuel Guibert qui fait de la bande dessinée depuis 25 ans et qui est récompensé pour l'ensemble de son oeuvre (La guerre d'Alan, Le photographe, Ariol...).


Le prix est donc ressuscité mais aussi remanié... Est-ce parce qu'il ressemblait trop au Prix Révélation de la Sélection Officielle qu'il ressemble désormais au Grand Prix ?


Quoiqu'il en soit, Emmanuel Guibert les mérite tous et on est au moins d'accord là-dessus !

Le Grand Prix justement est attribué à Cosey, l'auteur de Jonathan, À la recherche de Peter Pan, et cette année d'un Mickey "vu par" dans la collection très ambitieuse des Éditions Glénat.

La collection des Mickey de Glénat justement - que les transitions sont faciles cette semaine - qui a été doublement récompensée puisque le Mickey de Tebo vient de remporter le Prix Jeunesse de la sélection officielle !

Toute cette belle actualité du 9ème art est toutefois parasitée par d'incessantes informations politiques qui monopolisent l'antenne... Seul Le Huffington Post réconcilie habilement BD et politique en publiant les résultats d'un sondage censé répondre à la question que tout le monde se pose : quel personnage de BD incarne le mieux nos politiques...


Ce n'est que pour rire bien sûr — les instituts de sondage y arrivent très bien — et les résultats sont savoureux : Mélenchon est le Schtroumpf grognon, Hamon et Macron sont Tintin, Manuel Valls est Joe Dalton, Fillon est Gargamel, Marine Le Pen est Calamity Jane et Bayrou est Gaston...


Excellent week-end à tous,


Clochette

*Tout le monde sait ce qu'est un obélisque mais je n'ai pu résister à l'envie d'y accoler son inséparable astérisque. Et pour s'inscrire à ma lettre, ce sera ici.