La Veuve Noire toujours bannie des produits dérivés Avengers

Antoine Oury - 27.04.2015

Manga/BD/comics - Comics - Black Widow - Veuve Noire - Scarlett Johansson


La promotion et l'exploitation du film Avengers : l'Ère d'Ultron battent leur plein, mais il n'est pas difficile de remarquer une petite différence dans l'évocation et la présentation des différents héros de l'équipe. Black Widow, la Veuve Noire en VF, incarnée par Scarlett Johansson, est ainsi absente, ou presque, des produits dérivés réalisés en masse par Marvel/Disney. 

 


Black Widow dans le Avengers premier du nom

 

 

Thor, Hulk, Captain America, Hawkeye, Iron Man... Dès lors qu'il s'agit de choisir un t-shirt à l'effigie de ces super-héros masculins, la sélection s'avère bien difficile, tant l'offre est importante. Par contre, si l'on préfère la Veuve Noire, les possibilités sont plutôt limitées... Le phénomène avait déjà été identifié après la sortie du premier Avengers, et le plus inquiétant est qu'il ne semble pas vraiment avoir été corrigé.

 

Les produits faisant apparaître ou à l'effigie de la Veuve Noire sont rares, au sein de toute la gamme promotionnelle proposée par Marvel/Disney. Seuls 3 produits ont été repérés : une figurine de petite taille dans la gamme Infinity, un sac de courses (sic) et un t-shirt homme. Pour les deux derniers, la Veuve y apparaît aux côtés de ses collègues surhommes.

 

Le phénomène est le même pour Hawkeye, pas du tout représenté dans la promotion — mais la faiblesse du personnage était déjà perceptible dans les films. La Socière Rouge, un des nouveaux personnages présentés dans Avengers 2, se retrouve avec le même problème que le personnage féminin incarné par Scarlett Johansson.

 

Le précédent film Marvel, Les Gardiens de la Galaxie, présentait lui aussi un personnage féminin, Gamora, désespérément absent des produits dérivés.

 

L'explication de cette étrange politique de Marvel et Disney est malheureusement bien simple : le stéréotype. Au moment du rachat de Marvel par Disney, se souvient un employé, son supérieur avait été plus que pragmatique, au moment de l'évocation des personnages féminins : « Ce n'est pas ce que Disney nous achète. Ils ont déjà la mainmise sur le marché des petites filles. »

 

Autrement dit, on vend des princesses aux petites filles, et les super-héros (mâles) ne seront que pour les petits garçons...