Le collectif Ume lance le premier manga en japonais sur Kindle

Clément Solym - 27.01.2010

Manga/BD/comics - Univers Manga - manga - kindle - caractères


Les mangaka Ozawa Takahiro et Seo Asako réunit sous le pseudonyme Ume, connus en France pour Tokyo Toybox (Chez Doki-Doki) ont décidé de lancer leur prochain manga Aozora Finder Rock directement sur Kindle.

S'il n'est pas rare de voir des manga en version numérique sur smartphones au Japon. Un mode de lecture d'ailleurs très prisé par les Japonais, il n'en existait pas pour le Kindle. Rien d'étonnant à cela puisque le Kindle n'est pas en vente au Japon mais aussi parce que l'appareil ne reconnaît pas les caractères japonais.

Seulement, avec la version internationale, il est devenu possible de se procurer un Kindle et possible de télécharger du contenu (avec quelques taxes supplémentaires bien-sûr). Le seul problème restait celui des caractères japonais.

Nous vous avions parlé en décembre 2008 d'un petit logiciel appelé Mangle qui permettait de transformer des fichiers images en fichiers bien lisibles sur Kindle. Ce qui permettait finalement de lire des manga sur son Kindle même s'il n'y en avait pas sur la boutique d'Amazon. Ume a utilisé un procédé similaire (donc un peu limité en terme de qualité) pour permettre à l'appareil de restituer les caractères japonais.

On peut retrouver sur la boutique d'Amazon en toute légalité le titre Aozora Finder Rock au prix de 5,74 dollars taxes comprises (environ 4 euros). Une initiative qui pourrait confirmer les craintes des éditeurs japonais (tous secteurs d'édition confondus).

On se souviendra qu'ils s'étaient réunis au début du mois sous le titre Nihon Denshi-Shoseki Shuppansha Kyokai (Association des éditeurs de livres électroniques Japon) pour combattre la menace que représentait Amazon. Ils craignaient que les auteurs rendent les versions numériques de leurs titres disponibles sur Amazon sans passer par une maison d'édition. Alors que le Kindle n'a pas de déclinaison japonaise, voilà qui est déjà fait pour Ume. Le pire est-il à venir ?