Le dégoût de Miyazaki face à l'intelligence artificielle

Florent D. - 13.12.2016

Manga/BD/comics - Univers Manga - Hayao Miyazaki animation - zombie intelligence artificielle - anime robot mouvements


Récemment sorti de sa retraite, une fois n’est pas coutume, Hayao Miyazaki a donné plus que ses lettres de noblesse à l’anime. Et toujours avec une certaine dimension artisanale, où la technologie doit savoir rester bien à sa place. Car, quand on lui présente des travaux réalisés par une intelligence artificielle, le maître reste dubitatif...

 

Zombie

Mercedes Rubio, CC BY 2.0

 

 

Il va se lancer dans une nouvelle aventure, baptisée Kemushi no Boro, mais ne laissera certainement pas à une IA le soin de réaliser son œuvre. Confronté à une démonstration d’animation expérimentale, entièrement pilotée par une machine, Miyazaki s’est montré assez réfractaire.

 

Dans la démo, on voyait un zombie animé laissant entendre que l’Intelligence artificielle pourrait concevoir « des mouvements grotesques que nous, humains, ne pourrions pas concevoir ». Certes, mais Hayao Miyazaki, loin d’être impressionné par la réalisation, pourtant convaincante, explique : « Je suis complètement écœuré. »

 

Et de poursuivre : « Si vous voulez vraiment faire des choses effrayantes, vous pouvez y aller et vous lancer. Je n’intégrerai jamais cette technologie dans mon travail quotidien. » 

 

L’équipe du Dwango Artificial Intelligence Laboratory, qui venait pour soumettre son travail à Miyazaki, en a pris pour son grade. Leur programme expérimental s’est littéralement fait démonter : le dessinateur s’est senti choqué à l’idée qu’une machine, incapable de comprendre ce que peut être la douleur, prenne en charge l’animation.

 

Il évoque ainsi un ami qui éprouve des difficultés à se déplacer, en raison de violentes douleurs. « J’ai l’impression forte que c’est une insulte à la vie elle-même », achève Miyazaki. « Quel est votre objectif », demande-t-il ? Réponse de l’équipe : « Eh bien, nous voudrions construire une machine qui soit en mesure de dessiner comme le font les humains. »

 

Silence de plomb et consternation. « J’ai le sentiment que nous sommes proches de la fin des temps. Nous, humains, perdons notre confiance en nous-mêmes. »

 

 

via Epic Stream