Le manga : retour sur une expansion extraordinaire

Clément Solym - 15.12.2010

Manga/BD/comics - Univers Manga - manga - histoire - musée


Le manga, « image dérisoire » ou « dessin non abouti » en japonais, marque dès son nom son origine modeste. Il est vrai que ce domaine d’expression artistique s’est constitué en dehors de la sphère noble de l’art. Et ce n’est que depuis les années 80 que les chercheurs ont commencé à s’intéresser à ce lieu à la créativité toujours explosive pour lui reconnaître une profondeur qui lui était jusqu’alors toujours déniée.

Né au cours du XIX° siècle, sous les traits de dessinateurs tels que Minwa Aikaw et bien sûr Hokusai, cette bande dessinée japonaise n’en finit plus désormais de conquérir le monde entier. Des petits Américains aux petits Français, chacun arbore fièrement dans sa chambre ses séries de titres tous imprimés en noir et blanc sur du papier journal.


Le musée international du manga de Kyoto
est devenu à présent le lieu incontournable de tous les fans de la culture liée à cette expression artistique. Retraçant à travers ces murs d’exposition l’ensemble de l’histoire du manga, le musée tire vers le haut ce genre souvent décrié pour ses penchants violents, tourné vers l’horreur voire la luxure.

Mais ce ne sont là que certains aspects du manga qui tire l’une de ses grandes richesses créatives d’avoir su créer un sous-genre particulier lié à chacun de ses publics. Ainsi, il existe des mangas particuliers destinés aux jeunes filles, d’autres aux jeunes garçons, aux fans de science-fiction…

Dédié plus particulièrement à la période qui va de la Seconde Guerre mondiale à nos jours, le musée de Kyoto permet de revisiter le manga à la lumière de l’histoire du Japon durant ces dernières décennies. Ainsi, la recherche a permis d’éclairer tout particulièrement certaines productions au regard de la libération des mœurs à la fin des années 60 ou encore d’y lire les effets de la finance à tout va dans les années 80.