Le musée du cartoon de San Francisco expulsé, et sans avenir

Clément Solym - 23.04.2015

Manga/BD/comics - Comics - musée cartoons - San Francisco immobilier - expulsion ville


Inutile de demander, les responsables du Cartoon Art Museum de San Francisco ignorent totalement ce qu'il adviendra de leurs collections. Contraint de quitter la maison qui l'héberge, située au centre de la ville, le personnel n'a aucune visibilité après le mois de juin. 

 

 

Crédit Facebook

 

 

Transition incertaine, certes, mais surtout douloureuse. Depuis une trentaine d'années, le lieu exposait des collections réputées. Dans un message diffusé depuis Facebook, un communiqué de presse en forme de nécrologie, les responsables passent en revue quelques-uns des centaines d'artistes qui ont fréquenté les murs.

 

Que de soit Robert Crumb, ou Lynn Johnston, Phil Frank et Dave Gibbons, Dr Seuss, Bill Waterson et bien d'autres, la fin est désormais annoncée. Le 28 juin, un dimanche, le local sera débarrassé de son âme, et les responsables poursuivent leurs recherches pour trouver des galeries temporaires, « ainsi qu'une nouvelle maison à long terme ».

 

Summerlea Kashar, la directrice, parle pudiquement d'un nouveau défi, mais, « compte tenu de l'actuel marché des baux locatifs dans l'immobilier de San Francisco, ce n'est pas très surprenant ». Au mois de mai, l'inauguration du San Francisco Comics Fest se fera donc avec une certaine amertume, et un peu de tristesse. « Nous sommes l'un des établissements éducatifs les plus originaux de San Francisco, et un aimant pour des visiteurs venus de partout dans le monde », assure le directeur du Conseil, Ron Evans.

 

Contrarié, donc, mais engagé et déterminé, ce dernier souhaite « maintenir le musée comme un élément essentiel dans le tissu culturel de la ville. Nous apprécierons tous les soutiens des personnes qui voudront bien nous aider à y parvenir ».  

 

En 2008, dans l'Ohio, c'est le Museum of Cartoon Art qui fermait ses portes, laissant quelque 200.000 ouvrages à l'abandon. L'université de l'État avait alors mis la main à la poche pour sauvegarder la collection. Cinq années plus tard, elle ouvrait le plus grand musée consacré aux strips, cartoons et comics.

 

Souhaitons un dénouement aussi heureux...