Le Prix Couilles au Cul pour “dessinatrice courageuse“ remis à Angoulême

Nicolas Gary - 14.01.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - Angoulême FIBD - dessinateurs récompense - prix machisme


L’umour (sans h...) est la chose la plus difficile à partager : personne ne cracherait sur un bon mot, une petite blagounette... Mais rire de tout, ma bonne dame, on serait d’accord, sauf qu’il n’est pas question de rire de tout avec n’importe qui. Yan Lindingre, rédacteur en chef de Fluide glacial, vient de jeter dans le potage du festival d’Angoulême, l’un des testicules dont son magazine est friand. 

 

"Couilles partout clito nulle part" (Balls everywhere Clit nowhere) (On the model of the famous 'Police Partout Justice Nulle Part')

Denis Bocquet, CC BY 2.0

 

 

Les organisateurs du FIBD se sont retrouvés Gros Jean comme devant : oubliant qu’il existait des auteures de BD, la direction artistique du Festival présentait une liste de 30 auteurs mâles pour le Grand Prix. Les réactions n’ont pas tardé : en l’espace de 48 heures, non seulement les organisateurs rétropédalaient, en ajoutant des auteures triées sur le volet, et finissaient par annuler leur sélection. L’image d’un pédalo tournant en boucle devient alors jouissive...

 

Ce n’est pas faute, pour le FIBD, d’avoir tenté un rattrapage in extremis des déclarations du patron, Frank Bondoux : « Il y a malheureusement peu de femmes dans l’histoire de la bande dessinée. C’est une réalité. Si vous allez au Louvre, vous trouverez également assez peu d’artistes féminines. » Fleur Pellerin avait trouvé cela « anormal », et l’organisation pataugeait joyeusement. 

 

Dans un communiqué aux allures de plaidoyer, il assurait pourtant qu'il « aime les femmes... mais ne peut pas refaire l’histoire (de la bande dessinée) ». Le pire était donc encore à redouter. Eh oui, parce que l’équipe de Lindingre, qui n’a jamais caché son affection profonde pour la manifestation, mais une sensation relevant plus du furoncle à l’égard de ses organisateurs, a sauté sur l’occasion. 

 

Comme une gonade dans la mare

 

« L’organisation du FIBD et Charlie Hebdo ayant finalement renoncé à remettre conjointement un prix de la Liberté d’Expression, Yan Lindingre, rédacteur en chef de Fluide Glacial, a pris l’initiative de créer le prix “Couilles au Cul” qui récompensera le courage artistique d’un dessinateur, et qui plus est celui d’une femme pour cette première édition ! »

 

C’est un partenariat réunissant Cartooning for Peace, le Off de off, ActuaBD, ainsi que Sud Ouest et Fluide glacial, qui aboutira à cette récompense, bien entendu dans le cadre du Festival Off de la BD, ce 30 janvier à 11h30. 

 

L’idée est bien de récompenser « une dessinatrice courageuse ». Et si le prix n’est qu’une goutte dans « les drames du monde », c’est avant tout un signal envoyé à chacun...

 

« L’intitulé est volontairement trivial et provocant, mais il permet de rappeler que le métier des humoristes, et en l’espèce des dessinateurs de presse, c’est de faire rire. Même si certains l’ont payé de leur vie, il ne faut pas penser que les dessinateurs d’humour sont devenus du jour au lendemain des gens graves. »

 

Et pour le Grand Prix, il est toujours possible de soutenir l’initiative du BDZMag, qui propose Pierre Ouin, pour cette année 2016.