Le roman graphique lorgne sur les classiques

Clément Solym - 09.02.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Roman graphique - classiques - Robert Crumb


189 œuvres classiques seront interprétées par des dessinateurs, en format court, révèle le Guardian. Seven Stories l'a fait, traiter la littérature par le biais du roman graphique. Trois volumes vont paraître au cours de l'année. Le mot d'ordre ? Être inventif, et pourquoi pas, donner envie aux amateurs de BD de se plonger dans certaines œuvres, mais aussi donner le goût du dessin à ceux qui ne s'aventurent guère sur ce terrain.

 

Un jour, peut-être, le roman graphique sera partie intégrante de nos journaux. ActuaLitté vous racontait il y a peu, l'expérience de Caleb Melby, pour le magazine économique Forbes. Au lieu de faire, de façon classique, le portrait de Steve Jobs dans ses colonnes, le magazine a parié sur le roman graphique, avec pour angle, les influences spirituelles du créateur d'Apple (voir notre actualitté).

 

Adaptation cinématographique de Joe Sacco, LA référence du roman graphique, journalisme, le genre semble investir de nombreux domaines, et même la littérature. En 2009, l'association Throwaway Horse s'y aventurait déjà (voir notre actualitté).

 

La maison d'édition Seven Stories Press se lance dans une aventure colossale, on dit même qu'il s'agit de « l'événement graphique littéraire de l'année ». 189 pièces de la littérature occidentale et Orientale seront interprétées par un artiste du milieu de la bande dessinée, aidé par quelque 130 illustrateurs. Et comme grands noms, Robert Crumb, Will Eisner et Hunt Emerson.

 

Le premier volume s'intitule « des aventures de Gilgamesh à Shakespeare en passant par les liaisons dangereuses », prévu en avril. Le second « de Kubla Khan aux sœurs Brontë en passant par le portrait de Dorian Gray » sortira en juillet et enfin, « du cœur des ténèbres à Hemingway en passant par Infinite Jest » (octobre). Au total, 1344 pages et 16 pages, grand maximum, par œuvre. Plutôt alléchant.

 

Classiques, oui, mais surtout interprétations

 

L'éditeur Russ Kick a eu l'idée de ce projet après avoir lu un roman graphique adaptant Le Procès de Kafka. Il précise cependant qu'il ne s'agit pas d'une retranscription fidèle de l'œuvre, mais d'une interprétation par un artiste, il n'est « pas intéressé par une interprétation littérale du texte en images (…) Je ne voulais pas de classiques illustrés. Je voulais voir la patte de l'artiste » indique-t-il au Guardian. Mais l'idée est aussi de familiariser les lecteurs à ces classiques.

 

Ce qui donne ? Robert Crumb se penchera sur La nausée de Sartre et James Boswell. Il promet « des débats philosophiques et de la débauche ». Les poèmes de William Butler Yeat seront exploités façon magazine...Bref, de la créativité.