Le scanner de Macé-Scarron tourne encore : une ligne pas si claire

Clément Solym - 26.11.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - copier-coller - plagiat - critique de BD


Georges & Tchang, une histoire d'amour du XXe siècle, réalisée par Laurent Colonnier et publiée aux éditions 12 bis n'a pas manqué d'attirer l'attention de la presse. Et c'est tant mieux. Bon, si la rédaction attend toujours de découvrir ce titre, il n'empêche que Marianne et l'Express ont tous deux glissé un petit mot gentil à son endroit. Tant d'attentions...

 


 

 

Oui, mais en regardant attentivement, il s'avère qu'entre les deux articles, on trouve quelques nuances d'un gris qui fait grincer des dents. Par exemple, dans l'article publié le 7 novembre, dans la version papier de l'Express, mais paru en ligne depuis le 5, on peut lire : 

Laurent Colonnier tire une histoire subtile, nourrie d'une solide culture tintinophile, truffée de clins d'oeil.

Jolie phrase, bien référencée, et inspirante. Au point que, diablement, elle se retrouve chez Marianne, sous la plume de Myriam Perfetti, qui explique, dans un article du 24 novembre : 

Et la BD, dans tout ça ? Dans un approprié noir et blanc, nourrie d'une solide culture tintinophile et bourrée de clins d'oeil.

L'affection que les deux journalistes auront pu porter à cet ouvrage ne manquera pas de conforter dans l'idée qu'il est bon, d'autant plus que, partager le même avis à ce point, c'est ce qu'on appelle de la fusion.

 

Ou du copier-coller... Subtil, discret, mais assez incontestable. Un peu plus bas, en reprenant l'article de L'Express, on poursuit la chronique avec :

Ce Georges & Tchang, dont le trait, parfois un peu figé, évoque plus Martin Veyron que la ligne claire, aurait pu n'être qu'un album tapageur. À l'arrivée, il devrait ravir les amoureux de Tintin.

La ligne claire évoquée par JD, alias Jérôme Dupuis, c'est bien entendu celle de Hergé, dont le journaliste est l'un des grands connaisseurs, et amateurs. 

 

Or, chez Marianne, on continue de partager l'opinion de l'Express :

.../... elle vaut bien plus que le tapage qui la parasite. Remarquablement bien documentés, Georges & Tchang, avec son dessin évoquant plus Martin Veryon et Alex Varenne que la ligne claire, chère à Hergé, touche et séduit.

Ah, cette ligne claire... Wikipedia nous apprend qu'elle est véritablement la marque de fabrique de la création d'Hergé, et plus spécifiquement du style Tintin. Le terme fut d'ailleurs inventé en 1977, pour la petite histoire, par le dessinateur néerlandais, Joos Swarte, en découvrant une exposition de Tintin, à Rotterdam.

 

Le Journal Marianne, dont le fameux Baron Emprunt (surnom gratifiant attribué par BibliObs), alias Joseph Macé-Scarron est le directeur adjoint, sort donc perdant au point. Ce point d'interrogation qui accompagne la phrase « Mais où donc ai-je déjà lu ça ? »

 

C'est que l'exemple, le mauvais, venait peut-être de loin, et justement, des hautes sphères, l'intéressé ayant déjà eu à s'expliquer d'emprunts divers et variés, tout aussi bien dans ses livres que dans ses articles. (voir notre actualitté)

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.