Les éditeurs refusent de s'impliquer dans la rémunération des dédicaces

Nicolas Gary - 23.12.2019

Manga/BD/comics - Univers BD - auteurs bande dessinée - BD 2020 France - rémunération auteurs dédicace


L’année BD 2020, voulue par le ministère de la Culture, suite au rapport de Pierre Lungheretti, ressemble d’ores et déjà à un bras de fer. La présentation par Franck Riester ce 18 décembre l’a d’ailleurs démontré : on parle de création, certes, mais également d’économie. Et en la matière, on sait combien les auteurs en ont gros sur la patate.
 
FIBD Angoulême 2018
alors il m'a dit #PayeTaDedicace ! 
 

BD 2020 « ne sera pas les miss France de la bande dessinée », avait déclaré Jul, au cours de la conférence de presse. Pas question de répandre strass et paillettes, donc, message qu’amplifie le SNAC BD, qui va plus loin. « Nous refusons que cette année 2020 voit une fois de plus cette absurdité mortifère d’un marché BD “dynamique et florissant”, se faisant sur le dos de celles et ceux qui en sont la source : les autrices et auteurs, sempiternelles variables d’ajustement. »

Le message sera plus difficilement résumé. Ainsi que le dévoilait récemment ActuaLitté, le SNAC BD avait porté auprès des services du ministre trois demandes incompressibles : une étude sur les conditions économiques des auteurs et une aide à l’achat de matériel. Ces deux points devraient se concrétiser, même si le conditionnel laisse encore dubitatif.
 

Temps de présence, spéciale dédicace


Le troisième élément était plus clivant : une rémunération à la présence des auteurs, pour les événements estampillés BD 2020. Autrement dit, pour employer des termes plus crus : la rémunération des dédicaces. 

Cette question, serpent de mer qui n’en finit plus de se mordre la queue, avait trouvé une première résolution chez un organisateur de festival quand SoBD annonçait une participation double : 30 € des organisateurs, complétés par 30 € des éditeurs invitant les auteurs. En somme, un budget présence de 60 € qui pourrait aller vers 90 € avec l’arrivée d’un tiers payant.

Précédemment, deux maisons d’édition ont ouvertement donné leurs positions. Les Humanoïdes associés et La Pastèque, avec un même message : rémunérer les auteurs en dédicace est normal, naturel, voire vital.

Dans ses négociations autour de BD 2020, le Syndicat souligne que la rémunération ne saurait s’effectuer sans un plan de cofinancement impliquant les pouvoirs publics, certes. Mais également avec « l’appui financier de nos “partenaires”, les éditeurs de bande dessinée, lorsqu’ils sont coorganisateurs d’un événement (quand ils invitent des auteurs) ». 
 

Le rejet des éditeurs BD


La cagnotte par auteur s’élèverait à 212 €, tarif journée signature, selon les recommandations de la Charte. Mais les éditeurs « n’ont pas répondu favorablement à notre proposition de participation financière à hauteur de 70 € », indique le SNAC BD. L’année test ne débuterait donc pas sous les meilleurs auspices.

Et de déplorer que pour prendre part au festival de la BD d’Angoulême, par exemple, une maison soit en mesure d’investir « plusieurs centaines de milliers d’euros ». Alors que « quelques milliers d’euros supplémentaires, à destination de celles et ceux qui font la richesse de l’événement, voire leur richesse tout court, ne semblent pas être une option recevable ». 

Le Syndicat national de l’édition, qui à cette heure doit gérer en toute urgence la question des directeurs de collection, sera donc sollicité pour influer sur ses membres. 

Marche des auteurs à Angoulême

 
Certains se souviennent en effet qu’en 2014 et 2015, les auteurs de BD avaient décidé de manifester dans les fraîches rues d’Angoulême, pour faire rappeler cette évidence : « Sans auteurs, plus de bande dessinée. » Une action remarquée, et portée par nombre de best-sellers, et qui portait alors sur la réforme de la retraite complémentaire.

« [C]omptez sur eux en 2020 pour faire entendre leur voix sur un sujet aussi sensible et immédiat que leurs rémunérations », indique le SNAC, charitablement. En cette période, paix sur Terre aux hommes de bonne volonté, bien entendu. 


photos ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.