Les éditions Kinaye traduisent la bande dessinée américaine pour les enfants

Antoine Oury - 04.01.2019

Manga/BD/comics - Comics - editions kinaye - comics americains enfants - comics kinaye


Passionné de bandes dessinées, Romain Galand n'a pas hésité à franchir l'Atlantique pour un stage de fin d'études chez Valiant, maison d'édition américaine. C'est là-bas qu'il a découvert toute la richesse de la production locale en matière de bandes dessinées pour la jeunesse. Désireux de faire découvrir ces titres aux lecteurs français, jeunes ou moins jeunes, il a fondé sa propre maison d'édition, Kinaye, avec une première année, en 2019, bien remplie niveau publications.




Après des expériences d'assistant aux droits dérivés et d'assistant éditorial chez Glénat, c'est donc au sein de la maison d'édition Valiant que Romain Galand poursuit sa formation professionnelle. « J'ai occupé le poste d'assistant au marketing éditorial pendant 8 mois chez Valiant, il y a 3 ans. À l'époque, la maison était encore un peu une start-up, avec “seulement” 16 personnes. Cela a été assez formateur, car j'avais déjà dans l'idée d'ouvrir ma propre structure », explique le fondateur de Kinaye.

Déjà porté vers la bande dessinée, Romain Galand découvre alors les publications pensées pour les enfants. On y retrouve à la fois des comics — pas forcément avec des super-héros dedans — et des romans graphiques, des œuvres souvent plus longues. Rapidement, le jeune éditeur saisit l'intérêt de traduire ces publications en France, où le marché de la bande dessinée pour enfants « n'est pas très développé, si ce n'est quelques publications chez Rue de Sèvres et Akileos ».

Deux ans plus tard, Kinaye n'attend plus que ses premières publications, Diesel, de Tyson Hesse, et L'Assistante de la Baba Yaga, de Marika McCoola et Emily Carroll, à paraître le 18 janvier prochain. « Ce qui m'a demandé le plus de temps, ce n'est pas d'acheter les droits aux Américains, mais de trouver un diffuseur : nous passons par Media Diffusion, ce qui nous assurera les ventes, un suivi et le fait que les BD seront mises en avant. »
 

Deux collections et des BD pour tous


La première année d'existence de Kinaye est d'ores et déjà bien remplie : 11 titres seront publiés, tous traduits de l'américain : « Pour les premières années, nous allons essayer de creuser la ligne éditoriale avec les achats de droits », explique Romain Galand, « et en augmentant notre nombre de parutions annuel de 5 titres par an environ ».

Seul salarié de sa maison d'édition indépendante, Romain Galand pioche ses trouvailles parmi les catalogues des maisons d'édition américaines BOOM ! Studios, Dark Horse, Nobrow Press ou encore First Second Books. « L'objectif est de faire quelque chose de cohérent : côté graphique, les bandes dessinées se rapprochent de l'animation, car beaucoup d'auteurs travaillent dans ce secteur, ou dans le jeu vidéo. »

Une ligne commune qui se dessine, et que l'on retrouve aussi dans l'âge moyen des auteurs traduits : « J'ai 31 ans, et les auteurs que je publie ont entre 25 et 35 ans : il y a un côté générationnel important, qui se retrouve aussi du côté des thématiques, par exemple l'écologie. »

Deux collections ouvrent le catalogue de Kinaye : la première, Fresh Kids, s'adresse aux 8-12 ans, pour des titres dynamiques, avec beaucoup de rebondissements, tandis que la seconde, Graphic Kids, proposera des histoires types « romans graphiques », souvent en un seul tome, avec des thèmes plus développés. 

Dans les deux cas, Romain Galand promet une approche sensiblement différente de celle des bandes dessinées françaises. « Le rythme est plus soutenu, le dessin vif et coloré, et les thématiques sont modernes : on retrouve par exemple l'égalité homme-femme ou le combat contre le déterminisme genré... Il y a aussi beaucoup d'héroïnes, ce qui manque parfois en France du côté des publications pour enfants. »
Si la maison d'édition présente ses livres comme des BD pour les enfants, les adultes sont bien sûr eux aussi conviés : « À travers la campagne Ulule, nous avons remarqué qu'un jeune public féminin adulte s'est beaucoup intéressé à nos BD. Ce sont des bandes dessinées “all ages”, comme disent les Américains : adultes et enfants peuvent les lire, ils comprendront chacun les choses différemment, avec des niveaux de lecture variés. »

Il est donc possible de soutenir le lancement de Kinaye en effectuant un don — et par la même occasion une précommande — sur Ulule.
 


Commentaires
Eh bien pauvres dessinateurs jeunesse français...

Apres la surproduction française, avec la traduction à tout va des mangas, voici maintenant venir les traductions des comics jeunesse....

Franchement étre dessinateur francophone devient un sacerdoce, du style marcher avec une croix a porter en haut du mont Golgotha avec des gens qui vous flagellent sur le chemin...

Joel spirette

Atroce.
Atroce carrément...



Plus de choix c'est toujours une bonne chose pour trouver chaussure à son pied, moi par exemple petit j'avais des BD bien de chez nous et pourtant j'ai jamais accroché au style Franco-Belge par contre j'ai tout de suite accroché aux Comics (puis plus tard aux Mangas). Des jeunes vont forcement se trouver dans ces Comics et la pluralité en sortira grandit.



En plus des passerelles existe, il y a des auteurs Français de Comics et de Mangas et des éditeurs Américains qui sortent des titres Franco-Belge.



Et puis franchement il y a déjà bien assez d’éditeurs de titres jeunesse en France pas besoin d'un de plus, par contre pas grand chose dans la niche que vise Kinaye.



J’espère que cette initiative marchera.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.