medias

Les éditions Papa Guédé publient une histoire du hip-hop en bande dessinée

Antoine Oury - 30.09.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - hip-hop Papa Guédé - hip-hop bd histoire - ED Piskor Hip Hop Family Tree


The Hip Hop Family Tree, incroyable fresque historique du hip-hop en bande dessinée signée Ed Piskor, était trop génial pour rester non disponible en français. C'est la maison d'édition Papa Guédé, créée en 2013, qui a acheté les droits de traduction du premier album de la série.

 

Hip Hop Family Tree aux éditions Papa Guédé

The Hip Hop Family Tree, Papa Guédé Treasury Edition

 

 

Un (très) grand format, le trait précis et très inspiré par les super-héros et autres personnages de l'âge d'or du comics américain : la version « Papa Guédé Treasury Edition » de The Hip Hop Family Tree reprend scrupuleusement la maquette de la version originale de l'œuvre d'Ed Piskor, publiée aux États-Unis par Fantagraphics, « les meilleurs éditeurs de bande dessinée au monde, pour moi, avec les éditions Cornélius », admet Benjamin, fondateur de la maison.

 

Seul changement notable, « un papier et des couleurs plus claquants » par rapport à celui de l'édition originale, très proche de l'aspect cheap des comics d'antan. « À un moment, je voulais faire un hommage à Lug, façon “Un récit complet Papa Guédé”, mais ça ne fonctionnait pas vraiment avec cette maquette. Mais j'espère qu'on en vendra pas mal, pour faire une édition deluxe avec les volumes 1 et 2, des bonus... »

 

Car The Hip Hop Family Tree, exploration fouillée des origines et du développement du hip-hop, est une histoire au long cours : d'abord publiée en version web sur le site Boing Boing, elle est publiée en papier par Fantagraphics, qui vient de sortir le 4e volume des histoires compilées des comics publiés chaque mois. Découverte du scratch, fabrication artisanale des soundsystems, formation des premiers crews, flamboyantes battles entre artistes...

 

Le volume 1 de The Hip Hop Family Tree est le parfait compagnon des amateurs de hip-hop, spécialistes ou néophytes qui l'ont découvert avec The Get Down, la série consacrée aux origines du hip-hop diffusée sur Netflix.

 

 

 

La traduction de The Hip Hop Family Tree est assurée par Hugo Ehrhard, auteur de deux romans chez Le Dilettante, avec une scrupuleuse relecture de Jean-Michel Dupont (le coauteur de Love in Vain, consacré à la légende du blues Robert Johnson !) et Gilles Poussin, autre passionné de musique. 

 

Papa Guédé s'est offert les droits d'exploitation de la BD pour les territoires de la Suisse, Belgique, Québec et France, avec 4000 exemplaires pour le premier tirage. « Je crois que Ed Piskor a signé pour 6 albums, mais il explique qu'il s'arrêtera quand il en aura marre. Nous n'avons acheté les droits que pour le premier, mais je compte bien rattraper Fantagraphics », souligne Benjamin...

 

Autodistribution et autodiffusion, comme les bluesmen aux carrefours

 

« The Hip Hop Family Tree est un grand défi pour nous, car cette bande dessinée risque d'avoir de l'impact », admet Benjamin. Chez Papa Guédé, autodistribution et autodiffusion règnent en maîtres, pour conserver son autonomie : « Nous nous en chargeons nous-mêmes, car nous apportons un soin particulier à ces étapes, nous traitons les titres sur la longueur. Et cela nous permet de créer et d'entretenir des liens particuliers avec les libraires. »

 

Le noyau de Papa Guédé, c'est Benjamin et sa copine Coralie et le système D pour débrouillardise fait le reste : « Quand on part en vacances, on prend quelques exemplaires des livres pour démarcher les libraires aux alentours, même si maintenant qu'on les connaît, c'est un peu plus simple. » Papa Guédé a eu l'occasion de se créer un bon réseau de libraires avec son premier livre, Les Voix du Mississippi, traduction d'un livre référence de William Ferris par Cyrielle Ayakatsikas, paru en 2013. The Hip Hop Family Tree permettra de conquérir les libraires BD.

 

 

 

« J'arrive un peu comme un clochard [céleste, NdR] dans les librairies, parfois je me fais jeter, mais les libraires sont souvent très réceptifs aux livres atypiques que nous proposons », explique Benjamin. Pour Les Voix du Mississippi, la petite maison avait vu les choses en grand en publiant un livre de 336 avec un CD et un DVD pour le prix très raisonnable de 38 €. « Je veux qu'un livre, et même un beau livre, reste abordable. Pour The Hip Hop Family Tree, je ne voulais absolument pas dépasser 30 €, j'aurais préféré atteindre 22 € [la BD coûte 26 €, NdR], mais entre le papier et la couleur, cela n'a pas été possible. » Pour l'impression, Papa Guédé a travaillé avec un opérateur des pays de l'Est.

 

Si l'ajout de contenus multimédias n'a pas été possible pour The Hip Hop Family Tree, les passionnés de chez Papa Guédé ont créé toute une série de playlists et autres sélections pour accompagner la découverte de la bande dessinée d'Ed Piskor. Une imposante playlist attend ainsi les lecteurs sur YouTube, ainsi qu'un mix exclusif sorti des platines de G High Djo.

 

 

 

La création de Papa Guédé — un nom emprunté à l'un des Lwas de la religion vaudou, qui désigne un esprit plein de fougue et d'entrain pour s'amuser et mener les morts vers l'autre vie — remonte à 2013. La maison est née « d'une certaine amertume », un peu comme les plaintes de Robert Johnson après une déception amoureuse : « Je suis un féru de blues en général, mais particulièrement du Mississippi, et j'y ai passé 3 ans à écumer les juke joints [sorte de cabaret populaire où se produisent les bluesmen, NdR], j'en suis revenu gonflé à bloc. »

 

« Quand je suis rentré, j'ai proposé à un ami qui possédait une maison d'édition de publier Le pays où naquit le blues d'Alan Lomax. Nous avions bien avancé sur le projet, mais sa maison a fermé... En tant que lecteur, il y avait pas mal de livres que je voulais voir en français, et c'est ce qui m'a poussé à me lancer. » Si Papa Guédé restera guidé par la musique, la sortie d'une bande dessinée fait dire à Benjamin qu'il n'a « plus peur de rien » en matière de formats et d'œuvres, pour les prochaines parutions.