Quand le collectionneur de BD est frappé au porte-monnaie

Cécile Mazin - 15.06.2015

Manga/BD/comics - Univers BD - enchères BD - Bruxelles collectionneurs - ventes amateurs


Voilà plusieurs années que la bande dessinée a pris ses quartiers dans les ventes aux enchères. Christie’s, Sotheby pour ne citer que les grosses écuries, mais également à travers des acteurs dédiés, comme Artcurial ou en ligne uniquement. Alors que les comics américains de l’Âge d’or s’arrachent pour des millions de dollars, les amateurs de ligne claire doivent jouer les fines mouches. 

 

 

 

 

Tintin n’est plus à présenter : les planches rares, les couvertures, les cases dédicacées avec des dessins à l’encre de Chine sont autant de perles que recherchent les collectionneurs. Les records s’enchaînent. En février dernier, la couverture de L’Étoile mystérieuse battait presque un record mondial, emporté pour 2,65 millions €. Pourtant, la galerie bruxelloise Petits Papiers-Huberty & Breyne a un regard clair : « Il y a 25 ans, quand vous alliez chez un auteur de BD comme Tardi pour acheter une planche, il vous regardait en disant “Ça intéresse qui ?”. »

 

Volter Kriegs, collectionneur autrichien, vit à Bruxelles et s’est spécialisé dans la BD. Au cours des cinquante dernières années, son trésor de guerre se monte à 30.000 pièces : « Au début, il n’y avait que des aficionados. On se connaissait tous, on avait nos petites manies. Mais la clientèle a changé », précise-t-il à l’AFP. Et il est évident que les temps ont eux aussi largement changé. 

 

Hergé, Hugo Pratt, Uderzo sont des sésames qui résonnent facilement aux oreilles des nouveaux investisseurs. Mais pour le collectionneur averti, les jeunes loups qui investissent « viennent miser sur un marché en pleine expansion, qu’ils connaissent mal... c’est devenu du business ». Non que ce ne le fut pas auparavant, mais tant que le monde évolue dans un petit quant-à-soi, tout va bien. 

 

En mars, 3,8 millions d’euros étaient accaparés par le trio d’auteurs cités, ainsi que Peyo (pour ses Schtroumpfs), Moebius, Bilal ou Schuiten. Évidemment, Tintin et Hergé sont toujours les stars des enchères, mais les bonnes affaires se font rares. 

 

Artcurial annonçait pour l’année 2014 une série de ventes records : entre 2013 et l’année passée, le secteur BD a réalisé + 61 %, s’installant à 12 millions €. « Le département Bande dessinée d’Artcurial a cumulé les records en 2014 : record du monde pour la plus importante vente de bandes dessinées jamais organisée, record du monde pour une œuvre de bande dessinée aux enchères. Les collectionneurs et les passionnés saluent le travail de fond que nous menons ensemble depuis 2005, alors que la spécialité ne connaissait pas encore l’engouement du grand public », assurait Éric Leroy, expert du département BD.

 

Pendant ce temps-là, le numéro 1 Action Comics, mettant en scène la première apparition de Superman s’envolait pour 3,2 millions €. Cette version datée de 1938 est devenue l’objet le plus prisé des amateurs – il s’agissait cette fois de « la plus belle copie de l’album le plus recherché au monde », assurait le vendeur

 

Mais l’univers franco-belge n’est pas en reste. Simplement, estime Alain Huberty, « il faut s’adapter à toutes les tailles de porte-monnaie ». Les collectionneurs sont jeunes, veulent repartir avec un de leurs objets de convoitise... sans que la galerie ne perde de son prestige à proposer des choses sans relief. 

 

Il faut alors s’ouvrir à des auteurs moins reconnus, pour des ventes plus spécialisées encore : ceux sur lesquels on parie, dans l’attente de ce qui se passera à l’avenir. Hier, une vente se déroulait justement, avec de petits objets : 500 pièces, pour une vente moyenne que l’on estimait à 1000 €. 

 

Saskia Bernard, de la librairie Brüsel, est une référence en la matière dans la capitale belge, et rappelle que les moins fortunés peuvent également s’ouvrir à leurs propres collections. Et ce, simplement en se rendant aux séances de dédicaces : « Les lecteurs peuvent demander un original personnalisé directement à l’auteur... et gratuitement. »

 

En revanche, pour un nu de Manara, ou un Gaston de Franquin, il faudra rogner sur le budget cigarettes durant quelques années...