TPP : Cosplay et dojinshi bientôt illégaux, pour plaire aux États-Unis ?

Antoine Oury - 09.03.2015

Manga/BD/comics - Univers Manga - manga copyright - cosplay dojinshi - pétition fans


L'Europe est bien occupée — et inquiétée — avec le traité transatlantique, mais les États-Unis sont depuis des années en négociation autour d'un traité transpacifique, pour l'autre partie du globe. Depuis 2011, les fans de mangas luttent sans relâche pour défendre les pratiques des cosplay et des parodies, les dojinshi, qui seraient menacées par les réformes du copyright incluses dans le traité.

 


San Diego Says NO to Fast Track

(photo d'illustration, Stop FastTrack, CC BY SA 2.0)

 

 

Malheureusement, les revendications et leur contexte n'ont pas beaucoup bougé depuis 2011 : les fans de mangas s'inquiètent de l'adoption de certaines règles du copyright américain, qui pourraient menacer leur propre production. 

 

Actuellement, il ne peut être mené d'action pour une infraction au droit d'auteur si les ayants droit ne portent pas plainte. Toutefois, si le Japon entre dans le TPP, il ne sera plus nécessaire qu'une plainte formelle soit déposée pour qu'une action en justice soit lancée. De plus, il sera possible de réclamer aux accusés des dommages et intérêts, expliquait déjà ActuaLitté en 2011.

 

Les pratiques, très importantes du côté des fans, du dojinshi et du cosplay pourraient être frappées par des procès pour infractions au droit d'auteur, si les conditions du TPP ne sont pas modifiées. Pour mémoire, les dojinshi sont des œuvres souvent dessinées par des amateurs, non diffusées dans le circuit professionnel. Les dojinshi parodiques reprennent des titres populaires et les transforment d'une manière ou d'une autre (transposition dans un registre comique, érotique ou pornographique par exemple...). Elles peuvent être comparées aux fans fictions, dans le registre de la littérature.

 

Le cosplay est une pratique répandue au Japon, qui a traversé les frontières pour s'exporter aux États-Unis, mais aussi en France. Les fans se déguisent en leur personnage préféré, avec pour objectif de coller au plus près du personnage original. S'il semble pratiquement impossible que cette pratique fasse l'objet d'attaques pour infractions au droit d'auteur, les photographies qui en découlent, elles, pourraient faire l'objet de signalement.

 

Le plus délicat dans cette affaire, c'est que les négociations sont secrètes, et que les conditions d'extension du copyright sont difficiles à connaître. Heureusement, WikiLeaks avait fait fuiter une partie des documents provisoires, en octobre 2014. Selon ces documents, des sanctions seraient prévues en cas d'infraction non commerciale du copyright, et pourraient incriminer des fans, des archivistes, voire des bibliothécaires.

 

Récemment, le très populaire présentateur et réalisateur Beat Takeshi Kitano a consacré une de ses émissions, Beat Takeshi's TV Tackle, à la question du TPP et aux conséquences qu'il pourrait entraîner sur le marché japonais du manga.