Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les fêtes avec Mauvais Esprit, c'est copieux mais gratuit

Clément Solym - 26.12.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Mauvais Esprit - numéro gratuit - bd numérique


Deux mois après son lancement, la revue BD en ligne Mauvais Esprit propose à ses lecteurs, abonnés ou inscrits, un numéro gratuit composé des meilleures planches publiées ces dernières semaines. La semaine précédente, c'est un numéro double qui remplissait la boîte aux lettres des abonnés. Point d'étapes avec James, l'un des initiateurs de l'aventure.

 

 

 

 

Le mauvais esprit n'empêche pas quelques considérations bassement économiques : « Le nombre d'abonnés va plus vite que le nombre d'inscrits, à chaque numéro », note ainsi James, l'auteur de Charles Charles, profession président, avec Dubuisson. Mais, le constat est indéniable, et malheureusement un peu trop connu : « En terme de business à proprement parler, c'est encore un peu timide. »

 

Si l'équilibre économique se dessine à peine, les planches s'alignent, elles, avec une régularité exemplaire : les opérations marketing, tels ce numéro double suivi d'un autre gratuit, s'orientent vers un rapport direct entre inscrits et auteurs : « Dès le départ, nous avons choisi la formule la plus light, pour éviter les frais et les demandes d'un investisseur. » À Angoulême, les auteurs de Mauvais Esprit profiteront des tables rondes consacrées à la BD numérique pour mettre en avant le projet, et peuvent compter sur deux nouvelles recrues, Thomas Mathieu et Ben Dessy, récent lauréat du Golden Blog award pour Macadam Valley.

 

Qui fait doucement son chemin sur les routes du Web : « Beaucoup d'auteurs nous ont contactés pour participer à la revue, mais, avec Laurent Parez et Boris Mirroir, le site occupe déjà 50 % de notre temps, sans nous fournir de revenu, alors il est difficile de répondre à tout le monde. » Pour le début du mois de février, les gestionnaires procéderont au premier versement des droits aux auteurs. La somme ne sera pas faramineuse, mais « le but est de payer les auteurs » rappelle James. Et, si il reste quelques deniers, de développer la revue, avec par exemple une application pour tablette.

 

Quelques éditeurs BD se sont abonnés à la revue, tandis que Charles Charles fait l'objet d'un contrat commun avec Delcourt, dans lequel Ottprod, société éditrice de Mauvais Esprit, a l'exclusivité de la publication en feuilleton. La Puissance et la Gloire, de Joël Legars, sera publiée par 6 pieds sous terre après deux apparitions dans Mauvais Esprit (n°2 et 9). Et si l'avenir le permet, Mauvais Esprit s'imagine bien éditeur web, et pourquoi pas papier, seul ou avec d'autres acteurs du secteur pour des collections communes.