Au Japon, les éditeurs explorent fermement le manga numérique

Clément Solym - 04.05.2015

Manga/BD/comics - Univers Manga - manga numérique - Japon ventes - livres imprimés


Les lecteurs ont adopté le manga en numérique, découvre-t-on, alors que les grandes maisons japonaises Shueisha et Kodansha publient désormais leurs titres en numériques et papier. Sur la période de janvier à novembre 2014, le Japon accuse une baisse de 7,5 % des ventes de manga imprimés. Un mouvement qui est balancé par l'essor numérique.

 

 

Manga Time Kirara August 2011. Sansha Sanyo is back! Let's sewing! And #K_ON is Mugi arc. Happy birthday!

Ryo FUKAsawa, CC BY 2.0

 

 

La période n'est pas faste pour le papier, estime l'Association japonaise des éditeurs de livres et magazines. Pourtant, le numérique a pris en assurance, avec 85 milliards de yens dépensés en 2013 (657 millions €), soit 20 % de plus que l'année passée. L'étude de Yano Research estime que la croissance passe beaucoup par les ventes à travers des solutions connues, les ebookstores classiques, mais également les ventes d'applications – en croissance de 80 %.

 

Pour l'année 2014, le marché devrait peser 23,5 %, à 105 milliards de yens (810 millions €), du fait de l'usage de smartphones. Shonen Jump, la publication de la Shueisha, a d'ailleurs anticipé le coup en proposant sa propre application, commercialisant les titres de l'éditeur. D'ici à juin prochain, assure Mami Sugihara, des relations publiques, 22 publications seront entièrement disponibles en format numérique. 

 

La création, voilà moins de deux ans, de Line Manga, a participé à l'engouement en vendant non seulement sur le territoire japonais, mais également à l'étranger. Avec plus de 37,94 millions € de revenus, et 10 millions de téléchargements enregistrés, l'opérateur sert de puissant allié pour essaimer la bonne parole. 

 

Travaillant avec près de 50 éditeurs japonais, Line Manga joue véritablement le rôle de libraire numérique pour ces derniers, avec des gros titres comme One Piece ou Dragon Ball, parmi les plus célèbres. 

 

La commercialisation numérique entraîne également de nouvelles solutions économiques. L'application de DeNA Co, fournisseur de contenus pour mobiles, s'est engagé dans un projet, en plaçant le mangaka Shun Kibayashi à sa tête. Avec une cinquantaine de titres disponibles, l'opérateur a choisi de miser sur les réseaux sociaux pour améliorer sa visibilité. Avec 1,5 million de lecteurs hebdomadaires, selon les données fournies, l'application cherche une solution basée sur la gratuité agrémentée de publicité, pour un premier temps. 

  

 

japon manga numérique ventes

 

Une précédente étude, de janvier 2015, toujours présentée par Yano, indiquait que 80 % du marché numérique, au Japon, était poussée par les manga. Pour l'exercice d'avril 2013 à mars 2014, le numérique représentait 65 milliards de yens. Selon les projections, le marché numérique devrait approcher des 191 milliards de yens.