Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Lésions cérébrales, traumas crâniens : le danger Asterix

Clément Solym - 17.06.2011

Manga/BD/comics - Univers BD - asterix - violences - traumatismes


Une très sérieuse - quoiqu'hilarante - étude médicale vient de se consacrer aux lésions cérébrales et autres contusions... provoquées par Astérix et Obélix sur les pauvres Romains qui croisaient leur passage.

Traumatismes crâniens, lésions diverses et variées, les deux Gaulois sont de véritables menaces sanitaires et ambulantes. Dans le European Journal of Neurosurgery, Acta Neurochirurgica, un article explique dans le détail combien de victimes ont pu faire les irréductibles qui résistent à l'envahisseur...

En tout, 704 personnes ont été frappées, dont 698 hommes, et à 63,9 % des Romains. On compte tout de même 120 Gaulois, mais également 59 pirates, 20 Goths, 14 Normands et 8 Vikings. Plus marginalement, cinq Britanniques et quatre extraterrestres ont fait les frais de la violence gauloise.


Couverture Astérix et le Combat des chefs

En tout, 87,1 % de ces actes sont le fait des membres du village, mais à eux deux, Astérix et Obélix comptabilisent plus de 57 % de ces méfaits. Et seules 32 blessures à la tête ont été causées par des Romains eux-mêmes.

On déterminera, toujours avec sérieux, que 70,5 % des victimes portaient un casque, alors que dans 83 % des cas, c'est l'usage de la potion magique qui est à l'origine de traumas, du fait de la force surhumaine qu'elle confère à qui en boit. Mieux : le gui, qui entre dans la composition de ladite potion, aurait des effets sur les tumeurs cérébrales, mais son rôle dans le traitement des lésions cérébrales doit encore être examiné...

Ajoutons que dans 390 cas, les scientifiques considèrent que l'on tombe dans le traumatisme sévère, 89 en modéré et 225 en léger. Avec un plus tout de même : aucun mort n'a été à déplorer au fil des aventures. Dans le pire des cas, c'est une aphasie passagère ou une désorientation allant de quelques jours à plusieurs mois. Toutefois, les traumas s'estompent au terme de quelques minutes voire quelques heures.

Le neurochirurgien de l'université de Genève, Karl Schaller, a salué les auteurs de l'étude pour leur « analyse stimulante » de la BD, tout en notant les conséquences d'un mauvais port du casque. Car en cas d'attaque de Gaulois goinfrés de potion magique, il est impératif que la sangle de son casque soit bien accrochée.

Et maintenant, on porte plainte contre Hachette Livre pour négligences répétées et aggravées ?