Manga : Cloudflare associé à un site pirate dans une procédure judiciaire

Nicolas Gary - 14.09.2019

Manga/BD/comics - Univers Manga - site pirates mangas - plainte justice Japon - cour New York


Nouvelle alliance des plus grands groupes éditoriaux mangas, pour faire tomber un site pirate. Cette fois, Hoshinomori est dans le viseur de Shueisha, Kadowaka, Kodansha et Shogakukan, qui l’accusent de violation du droit d’auteur. Mais chose plus remarquable, c’est devant un tribunal fédéral de New York que l’affaire est portée.


 

Le gouvernement japonais a mis en place des groupes de travail pour aider les éditeurs à défendre leurs droits, et plusieurs opérations ont été menées pour mettre hors d’état de nuire des plateformes. Certaines, comme Manga Rock, spécialisée dans le scantrad, ont d’ailleurs choisi de fermer leurs portes avant que la justice ne le leur demande.

Au Japon, le site Mangamura avait fait l’objet d’une enquête particulièrement agressive, aboutissant en janvier dernier à la condamnation de trois personnes, pour des peines de prison allant de 16 mois à 24 mois.
 

Et un nouvel acteur entre dans la danse...


Mais l’on connaît bien l’hydre : une tête coupée, plusieurs repoussent, et avec Mangamura, les successeurs ne manquèrent pas, à l’image de Hoshinomori, dont la popularité avait amplement dépassé les frontières de l’archipel. Selon ses propres statistiques, son catalogue dépassait les 93.000 volumes, fin juillet — impressionnant si l’on considère que le site s’est monté en quelques mois tout juste.



 
Les quatre groupes éditoriaux japonais ont cette semaine déposé devant la cour de New York une plainte pour contrefaçon « délibérée et massive des mangas des éditeurs. Hohinoromi est un site pirate qui organise, promeut et distribue à vaste échelle des copies non autorisées », indique-t-on. Et si le choix de la Big Apple interroge, c’est que plusieurs sociétés basées aux États-Unis servent à faire tourner la plateforme.

Les éditeurs franchissent également un cap supplémentaire : « Cloudflare dissimule le contenu illicite de Hoshinomori et de son serveur principal, zakayloader. Cloudflare fournit un proxy inversé pour masquer les emplacements des serveurs et des opérateurs », poursuit la plainte. 

Et de déplorer que ce nouvel acteur du piratage s’applique méthodiquement à piller les ressources de leurs catalogues et de leurs auteurs — tout en faisant en sorte que l’on ne puisse pas piller leur pillage. Ah, qui gardera les gardiens : si même les pirates luttent contre la contrefaçon, où va le monde ?

En mentionnant spécifiquement Cloudflare, c’est aussi une entreprise américaine de stockage qui est visée par la plainte. Ce système d’hébergement de fichiers et de distribution se retrouve ici embarqué dans une procédure peu glorieuse. 

Depuis l'Europe, il semble que Hoshinomori soit interdit d'accès.


via Torrent Freak


Commentaires
C'est AD, malheureusement sont de plus en plus pénibles. Ils devraient s'attaquer aux constructeurs d'ordinateurs et d'écrans prochainement.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.