Moebius Transe Forme : métamorphose et protéiforme

Clément Solym - 12.07.2010

Manga/BD/comics - Univers BD - moebius - exposition - fondation


Du 12 octobre au 13 mars, la Fondation Cartier pour l'art contemporain met à l'honneur un sacré bonhomme de la BD, dans une exposition unique Moebius-Transe-Forme. Organisée, on s'en doute, autour « du thème de la métamorphose, un motif majeur et omniprésent dans sont oeuvre », cette rencontre avec le paysage de Jean Giraud, alias Gir ou Moebius ne se fera pas sans un choc.

« Avec leurs paysages et leurs personnages en perpétuelle transformation, ses dessins explorent les confins de l'inconscient et dévoilent un monde imaginaire et fantastique. À travers la métamorphose souvent brusque et inquiétante d'une figure d'un décor, Moebius révèle un monde où les apparences ne sont pas aussi stables que l'on pourrait le croire. »

Gare à la santé mentale du visiteur qui ne faisait donc que passer et finalement pourrait y perdre complètement son esprit.

Pourtant, il est vrai que l'oeuvre de Moebius est protéiforme, autant dans ses motifs BD et la richesse des oeuvres qu'il a pu livrer - avec les deux voyages au Mexique en 1955 et 1965, qui marquèrent durablement ses BD. Toute la culture chamanique mexicaine qui lui tombera dessus à cette époque va en effet bouleverser durablement ses histoires, autant au moins que les expériences hallucinogènes qu'il pratiquera là-bas. Ce sont ces transes qu'il cherchera par la suite à recréer, pour créer de nouveau.

Mais sa créativité s'exprime également par le biais de la peinte, ou des films, chose que l'on sait peut-être moins - et qu'il sera pour le coup passionnant de découvrir pour l'occasion.

L'exposition sera suivie d'une publication chez Actes Sud, Moebius-Transe-Forme, publié en octobre prochain, et réunissant 150 documents sur l'auteur, pour retracer sa carrière, son parcours et ses mutations. Le tout appuyé par une collection de textes réunis tout spécialement par Alberto Manguel, autour de la métamorphose.

La Fondation Cartier se trouve au 261, boulevard Raspail dans le XIVe, à Paris.