medias

Momie Porn : par qui est heb-Hergé l'authentique Rascar Capac ?

Camille Cado - 15.07.2020

Manga/BD/comics - Univers BD - Rascar Capac momie inspiration - Les Sept Boules de cristal momie - controverse Rascar Capac belgique


Apparu en 1948 dans Les Sept Boules de cristal, 13e album des Aventures de Tintin, Rascar Capac n’a pas fini de hanter les esprits. Alors que Le Musée Art et Histoire (MAH) de Bruxelles affirme depuis des années détenir la célèbre momie inca qui aurait inspiré Hergé, le parc zoologique Pairi Daiza situé à Brugelette a fait une annonce qui a mis le feu aux poudres...
 


Ce 7 juillet 2020, le parc animalier Pairi Daiza a annoncé sur Facebook posséder une « authentique et historique momie du peuple Nazca ». Surnommée « Rascar Capac », elle aurait été découverte par le voyageur belge Jean-Baptiste Popelaire de Terloo lors d’une expédition en Amérique du Sud.

Dans son post, le zoo laisse entendre qu’il pourrait s’agir de la momie qui a inspiré Hergé pour son album Tintin et les 7 boules de Cristal. Des déclarations, qui ont évidemment déplu au Musée Art et Histoire (MAH) de Bruxelles.
 

 

Qui détient la "vraie" momie Rascar Capac ? 

 

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Dans un communiqué, l’institution située dans le parc du Cinquantenaire à Bruxelles, qui se targue d’exposer la célèbre momie ayant inspiré Rascar Capac depuis « des lustres », a pointé une stratégie d’imposture.

« Nous n’attirons pas les visiteurs en leur promettant des pandas, nous espérons de la même manière que Pairi Daiza cesse de prétendre pouvoir montrer la momie de Rascar Capac », a affirmé Alexandra De Poorter, directrice générale ad interim des Musées Royaux d’Art et d’Histoire, dont Le musée Art et Histoire fait partie. Et d’ajouter : « Nous continuerons à inciter Pairi Daiza à attirer le plus grand nombre de personnes possibles dans son beau parc par des faits avérés. »

Pour sa défense, Pairi Daiza a expliqué que la momie acquise en 2008 avait été dévoilée, en 1979, lors de l’exposition Le musée imaginaire de Tintin à Bruxelles. Visité par Hergé lui-même, elle « mettait en parallèle des objets présents dans son œuvre avec ceux, bien réels, qui l’avaient inspiré » (via RTL)

Des arguments jugés trompeurs pour Serge Lemaître, conservateur aux Musées Royaux d’art et d’histoire. « Dans l’esprit de Pairi Daiza cette visite a été une sorte de validation par le créateur que sa momie est bien celle l’ayant inspiré. Or, ce n’est pas le cas. » Avant d’expliquer que la momie du parc zoologique avait de toute façon été acquise par un collectionneur belge bien après la parution des 7 Boules de Cristal, dans les années 1960.

« Hergé était un habitué de notre musée, il n’habitait pas très loin. Il s’est aussi inspiré de plusieurs objets qui se trouvent dans les collections Amériques, notamment le fameux fétiche arumbaya, l’oreille cassée qui est dans nos salles et d’autres éléments, des céramiques par exemple » insiste-t-il.

Et d’expliquer que contrairement à la momie du parc animalier Pairi Daiza, ornée de cheveux et autres accessoires, la leur ressemble davantage à Rascar Capac comme elle apparait dans les premières planches publiées en 1941 dans Le Soir, soit, sans cheveux et avec les genoux repliés.

 

Hergé finalement inspiré des momies du quai Branly ? 

 

Face à « l’agressivité et au ton péremptoire utilisés par les Musées Royaux d’Art et d’Histoire pour s’approprier la momie », le parc zoologique a souhaité apaiser les tensions : « Soyons de bon compte, nul ne sait avec certitude quelle momie a inspiré Hergé pour créer Rascar Capac. Celle présentée à Bruxelles ? Celle présentée dans la Crypte de Pairi Daiza ? Une autre encore ? Ou plusieurs momies peut-être ? Seul Hergé avait la réponse, qu’il ne peut plus nous donner. »

Pairi Daiza invite ainsi tous les adeptes de la culture inca, ou de l’univers de Tintin, à aller voir les deux momies. « Aucune des deux, ni celle de Bruxelles ni celle de Pairi Daiza ne mérite la polémique initiée par Les Musées Royaux d’Art et d’Histoire, mais au contraire tout notre respect pour l’histoire du peuple inca qu’elles véhiculent toujours chacune, du haut de leurs 2 000 ans et quelques » conclu le communiqué.
 

BD : un encart historique
pour Tintin au Congo ?


Face à ce désaccord, Philippe Goddin, expert reconnu de l’œuvre de Hergé avance une troisième option. « Il faut cesser de se disputer. Hergé a regardé beaucoup de momies incas, mais ses premières représentations de Rascar Capac sont basées essentiellement sur le dictionnaire Larousse de l’époque » explique-t-il, contacté par l’AFP.

Et d’ajouter : « Ce modèle de squelette, ramené du Pérou dans les collections de l’explorateur français Charles Wiener(1851-1913), se trouve aujourd’hui au musée du quai Branly à Paris. »
 




Commentaires
Voilà une momie qui a fait tourner bien des têtes.



Des aventures de Tintin et Milou, "Les sept boules de cristal" et sa suite "Le temple du soleil" ont été les préférées de mon adolescence et en partie responsables du choix de ma profession: anthropologue!! C'est dire si j'ai le béguin pour ce cher vieux Rascar Capac, hypnotique et fascinant.
le langage colonialiste et spoliateur du tweet ne semble pas choquer personne, mais les demandes des descendants pour récupérer les vols réalisés par ces 'grands explorateurs' qui ne faisaient que détruire des cimetières se multiplient partout le monde.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.