Moonlight Tome 1 de Wachi et Tachibana

Clément Solym - 10.07.2009

Manga/BD/comics - Univers Manga - moonlight - vampire - wachi


Moonlight tome 1 de Masaki Wacho (pour le scénario) et de Yu Tachibana (pour les dessins) se présente une histoire de vampires pas vraiment agressifs et de femmes fatales cyborgs, plutôt originale.

L'Histoire :

Le Mondlicht ou le clan de la Lune est un clan de vampire. Pour combattre ces êtres le docteur Frankenstein a créé des femmes cyborgs, et très vite le clan a été anéanti... ou presque. Doutant de l'éradication totale des vampires, le docteur s'est fait placer lui et ses femmes cyborgs en hibernation cryogénique. Pour être exact, il faudrait préciser que les femmes cyborgs ne sont pas que des cyborgs, elles ont été crées à partir de cadavres de femmes qui ont marqué l'histoire comme Marie d'Orléan (nom cyborg Elf, onze en allemand), la marquise de Brinvilliers (alias Fünf, cinq en allemand), ou Jack l'éventreur qui est ici une femme (alias Acht, huit en allemand). On appelle aussi ces cyborgs de combat les Panzerkampfleische.

L'hibernation des cyborgs et du professeur aura duré une soixantaine d'années durant laquelle l'agence F était chargée de repérer et surveiller toutes personnes pouvant faire partie du Mondlicht. C'est ainsi que la famille de Kaguya a été repérée. Il s'agit bien de membres du Mondlicht et s'ils boivent du sang, ils ne prennent que ce qui leur est nécessaire en évitant de tuer les humains. Ils vont être attaqués par Elf et Acht, mais lorsqu'Elf tue Satoru quelque chose se réveille en elle. Et la cyborg se retourne contre sa coéquipière, sauvant la vie des autres vampires...

Un mélange des genres efficace

L'auteur du scénario, Masaki Wacho, déclare en début de volume : « Je visais cette fois-ci l'oeuvre ultime : une princesse, un samouraï, des cyborgs et des vampires ! J'en ai peut-être mis un peu trop... Ils sont serrés comme des sardines ! ». Il est vrai que sur le premier chapitre, le lecteur peut se sentir un peu perdu. C'est assez confus, on ne sait pas qui est qui ni de quoi il retourne mais petit à petit tout s'éclaire et l'on se prend de passion pour ce titre original. Y a-t-il trop d'éléments différents, trop de types de héros ? non ! Justement, c'est ce mélange des genres qui donnent à ce titre tout son caractère et qui participe à créer cet univers si particulier et intéressant.

Il faut bien avouer que Masaki Wacho a une imagination débordante allier le mythe de Frankenstein, avec une conception assez moderne des femmes cyborgs et tout ça à partir du cadavre de femmes qui ont marqué l'histoire, il fallait vraiment y penser ! De plus, cela donne de formidables possibilités d'évolution dans le scénario et de construction d'histoires parallèles. Bref l'idée de base est vraiment... appétissante. Au niveau des vampires par contre, rien de bien nouveau dans ce tome. Ce sont des personnages qui restent en retrait et prennent plutôt la place des victimes (amusant renversement des rôles tout de même). On sent cependant que des évolutions sont là aussi possibles.

Un charac-design bien réussi

Quant à l'histoire en elle-même, elle n'est pas très développée dans ce premier tome qui se focalise surtout sur l'action et la mise en place des personnages. On n’a pas vraiment le temps de souffler et ce tome se lit d'une traite. Le tome deux devrait mettre en place quelques éléments importants de l'histoire.

En ce qui concerne les dessins, on y verra moins d'originalité que dans le scénario (ha oui mais la barre était haute là) mais ils sont tout a fait honorable. Le charac-design est agréable, les scènes de combats relativement claires et bien rythmées et l'ambiance est cohérente avec l'histoire. On pourra noter, une certaine propension du mangaka à faire du fan service, ce qui vaudra au titre de comporter l'avertissement « pour public averti ». Yu Tachibana avoue lui-même : « J'ai dessiné inconsciemment une scène assez chaude pour le récit bonus ! Peut-être est-ce parce que, dans ce manga, le regard se promène surtout sur les poitrines et les fesses... Faites-vous plaisir ! ». Vous voilà prévenus.

Moonlight tome 1 de Masaki Wacho (pour le scénario) et de Yu Tachibana (pour les dessins) mêle plusieurs types de héros en les faisant légèrement dévier de leurs archétypes pour construire un univers très original et il faut le dire captivant. Si les premières pages pourraient laisser le lecteur perplexe, il serait vraiment dommage que celui-ci ne pousse pas plus loin car il passerait à côté d'un titre savoureux. Les dessins ne sont pas aussi surprenants que le scénario mais soutiennent très bien l'ambiance du titre. Et il faut avouer que le dessinateur se débrouille plutôt bien quand il s'agit de suggérer les courbes féminines, ce qui ne gâche rien.

Moonlight tome 1 de Masaki Wacho (pour le scénario) et de Yu Tachibana (pour les dessins) est édité par Asuka. Il compte 208 pages et vous pourrez vous le procurer pour 7,95 €.


 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.