Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Murena : des épines et une scène de sexe qui pique

Nicolas Gary - 11.11.2013

Manga/BD/comics - Univers BD - Les épines - Murena - version longue


La couverture ne casserait pas trois pattes à un canard, encore qu'elle conviendrait certainement mieux à un classique de chez Harlequin, ou d'une tout autre collection rose, qu'à la série Murena. Mais voilà : pas moyen de tenir Jean Dufaux, le scénariste pas plus que Philippe Delaby, le dessinateur : dans le dernier tome, Les épines, il a fallu que les deux compères glissent une scène de sexe...

 

 

 

 

Le chapitre neuvième de cette Rome antique, alors sous la direction de l'empereur Claude, dont le pouvoir est contesté, jalousé, envié. En somme, rien que du très classique. Si ce n'est cette page et demie de plus, proposée dans une version en édition limitée - 7000 exemplaires de tirage, contre 100.000 exemplaires en version édulcorée.  

Dans ce neuvième tome de Murena, Jean Dufaux et Philippe Delaby reconstruisent Rome et exposent les racines de la culture judéo-chrétienne. Néron craint de voir le peuple romain, horrifié par le grand incendie de Rome, se retourner contre lui s'il ne trouve pas de coupables à lui donner en pâture. Les chrétiens seraient des boucs émissaires parfaits ! La relation qu'entame Lucius Murena avec la belle Claudia l'empêchera-t-elle de se battre contre cette injustice ?

  

Au sein de la maison d'édition Dargaud, propriété du groupe Media-Participation, Yves Schlirf, directeur éditorial Benelux, en charge de Murena, donne quelques précisions à l'AFP. « L'édition grand public n'a pas été censurée. Mais nous avons estimé que la version initiale n'était pas visible par tout le monde, car Murena est une série populaire, lue notamment par des adolescents et vendue dans les grandes surfaces. »

 

Donc, pas de censure, mais un peu tout de même. Une décision qui ne semble pas déranger le scénariste, Jean Dufaux, pour qui cette séquence sexuelle « est sensuelle, pas du tout pornographique », de même qu'elle « s'inscrit naturellement dans le récit ». Le dessinateur, en revanche, n'a pas été évoqué dans la dépêche de l'AFP, et nous tenterons d'apporter son intervention à cet article.  

 

La couverture de main crucifiée permettra à chacun de faire le bon choix, car, encore faudra-t-il compter parmi les heureux pour tomber naturellement sur la version ‘hot'. 

 

La série Murena avait déjà fait les frais d'une attitude un peu trop volontaire de la part d'Apple, alors que l'application Izneo était contrainte, par la firme californienne, de supprimer 1500 titres. Philippe Delaby avait ainsi dû dessiner des pagnes blancs autour des reins des gladiateurs, pour ne pas choquer les détecteurs d'Apple. Et ce, alors même que le travail des deux hommes, en matière de réalisme et de reconstitution avait été salué amplement. (2011 : prix de la BD historique aux Rendez-vous de l'Histoire à Blois)

 

 

 

 

Ainsi, Dargaud avait amorcé le virage de cette double édition, voilà plusieurs mois, dans un billet du mois d'avril, où étaient évoquées une forme d'autocensure nécessaire, autant qu'une recherche artistique.

 

« Nul doute que ni l'une ni l'autre ne seront disponibles dans l'appstore… Il existe bien aujourd'hui une forme d'auto-censure des auteurs, mais lorsque la nécessité de narration ou la volonté artistique exige d'être un peu « osé », il est toujours possible comme pour Murena de publier deux versions : une qui sera pour le grand public et une pour un public plus averti… » 

 

Jean Dufaux avait d'ailleurs précisé, chez Casemate : « Deux planches d'une scène sexuelle, pourtant bien en dessous de ce qui se pratiquait dans la Rome antique, ont posé problème à l'éditeur. Dargaud a préféré les exclure de l'album et les publier au sein d'un tirage plus confidentiel à paraître en novembre. Cette édition sera enrichie d'un cahier sur la sexualité romaine, écrit par Claude Aziza, éminent spécialiste de l'Antiquité. »

 

Notons que les planches seront, sans censure, présentées au Centre belge de la BD, de Bruxelles, en vue de défendre la liberté d'expression.