Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

MyMajorCompany BD s'ouvrira avec Dargaud, Dupuis et Lombard

Clément Solym - 21.09.2011

Manga/BD/comics - Univers Manga - crowfunding - mymajorcompanybd - media


Avec 150.000 membres dans sa communauté, My Major Company, qui avait fait ses premiers pas dans le monde de la musique, s'attaque désormais à la BD. Après une expérimentation aux côtés des éditions XO!, pour le livre, c'est avec Media Participations que la société s'engage dans le monde des bulles.

Passer de la musique aux livres, ce n'est pas le même rythme, pour une société reposant sur le crowfunding, ou financement par les internautes. Pour un disque, le ticket d'entrée est autour de 5000 €. Pour un livre, on passe à 20.000 € et probablement 25.000 € pour une BD. Mais la somme minimum sera fixée à 10.000 €, pour le premier titre.

En l'espace de deux ans, cinq titres ont été publiés avec XO!, mais on est encore loin du succès connu avec le chanteur Grégoire, qui fit le bonheur de MMC. MMCBooks n'a pas trouvé la perle rare.


Pourtant, dans le secteur crowfunding, la BD compte aussi un acteur de choix, Sandawe, dont le créateur, Patrick Pinchart est un ancien de chez Dupuis, justement l'une des maisons de MediaParticipations (avec Lombard, Dargaud, ou encore Kana, Lucky Comics et Blake et Mortimer).

Les leaders, c'est meilleur

Selon Michaël Goldman, fondateur de MMC, l'association avec Dargaud, Dupuis et Lombard se fait tout naturellement, en tant que leaders dans le secteur de la BD en Europe. Cependant, impossible pour le moment de savoir si MMC travaillera avec les trois éditeurs ou un seul.

Claude de Saint Vincent, dirigeant de MP explique pour sa part que trouver de nouveaux lecteurs pour de nouveaux auteurs est de plus en plus difficile. MMC BD proposerait donc une alternative nécessaire à l'expansion du groupe.

L'idée est donc simple : faire financer la création de titres par les internautes, tout en mettant en place, à compter du 17 octobre, une liste de titres à découvrir, et soutenir. Sans verser d'avances aux auteurs, scénaristes ni dessinateur *.

ActuaBD souligne que les « propositions éditoriales sont faites par les propres éditeurs de Dargaud, de Dupuis et du Lombard ».

Ainsi, on dénichera « aussi bien des BD « mangaïsantes » comme Axel Rock de Nicolas Mousty & Pierre Loyvet (Dargaud), qu’un roman graphique de Sacha Goerg, membre de la communauté Grandpapier (Dargaud) ou un album humoristique signé par l’a comédienne et chanteuse Jeanne Balibar (Dupuis) », précisent nos confrères.

Pour l'heure, seul un site est ouvert, MMCBD, mais rien de plus.

Conclusion par Michaël Goldman : « MMC s’est lancée dans un contexte de crise du secteur musical. Les majors ne sont plus capables de financer la création, et notre modèle y apporte une vraie réponse. Pour MMC BD, le contexte général n’est pas le même. MMC BD c’est d’abord la possibilité pour Dargaud, Dupuis et le Lombard de partager leurs découvertes et d’en faire de nouvelles. Pour MMC, c’est l’occasion d’étendre l’offre « devenez producteur » à d’autres secteurs d’activité. » (voir Graphivore)


* Mise à jour :
Contacté par Dargaud, on nous signale une erreur dans l'article. En effet, les auteurs, une fois sélectionnés, percevront bien une avance sur droits, comme c'est le cas pour toute autre BD. Le scénariste et le dessinateur ne seront donc pas lésés, comme nous l'avions originellement écrit.