Netflix devient éditeur de comics en rachetant Millarworld

Florent D. - 07.08.2017

Manga/BD/comics - Comics - MIllarworld Netflix comics - produits dérivés Netflix - contenus programmes Netflix


Qui osera dire qu’il ne se passe rien durant la période estivale ? Netflix vient de créer la surprise en annonçant indirectement le rachat de Millarworld. Et très clairement, personne n’avait vraiment vu ce coup-là venir. Le fondateur, Mark Millar, doit être aux anges...

 


 

Autant la passion de Netflix pour les comics est indiscutable - on ne compte plus les adaptations de franchises et de super héros que propose le service de vidéo - autant le rachat d’une société d’édition, en soi, est un tout autre challenge. 

 

Dans les faits, Millarworld continuera de publier des comics, sous la bannière étoilée de Netflix. De l’autre côté, la société de VoD assure qu’elle va déployer une armada de programmes, films, émissions, séries et même émissions pour enfants, à partir du catalogue de Millarworld.

 

C’est tout de même la première acquisition qu’effectue Netflix – et bien que les termes ne soient pas dévoilés, Millar assure que le montant permettrait de reconstruire une petite ville écossaise. « Warner Bros a acheté DC Comics en 1968. Disney a acheté Marvel en 2009. Aujourd’hui, Netflix achète Millarworld et je n’en reviens toujours pas. C'est la troisième fois dans l’histoire des achats de société de comics qu’un pareil palier est franchi. »

 

Fondée voilà une quinzaine d’années avec des amis dessinateurs, la maison Millarworld n’a évidemment pas la puissance de Marvel ni DC Comics. Elle possède cependant des licences comme Kingsman ou Kick-Ass, déjà adaptée au cinéma, mais qui pourraient amplement profiter de ce que Netflix est capable de réaliser. 

 

Pour Ted Sarandos, l’actuel PDG de Netflix, Mark Millar a su réinventer des histoires et des personnages, au point qu’il le compare « à ce que vous pourriez trouver de plus proche d’un Stan Lee contemporain ». Le compliment ira droit au cœur. 
 


 

Que l’entreprise achète des licences et les exploite était une stratégie que l’on avait fini par admettre. Qu’elle se mette à acquérir des sociétés d’édition à l’avenir est désormais une possibilité sur laquelle il faudra compter. En revanche, qu’elle prenne la mesure du marché – le comics a gagné 5 % de chiffre d’affaires en 2016, pour s’établir à 1,085 milliard $ – voilà qui est plus épatant.


Parmi les personnages qui sont passés entre les mains de Mark Millar, on recense les Avengers, ou encore Wanted, et Reborn. Quand on voit combien les protagonistes et le catalogue de DC et Marvel ont modifié tant le box-office au cinéma que le monde des séries, et tout particulièrement celui de Netflix, rapidement suivi par Amazon, l’ensemble devient passionnant.
 

Des productions ciné particulièrement lucratives
 

Évidemment, les productions découlant des studios Netflix seront des exclusivités uniquement accessibles aux abonnés. Mais pour l’entreprise, il ne s’agit là que d’une évolution naturelle dans le travail d’un catalogue original. À ce jour, Mark Millar dirige la maison avec son épouse Lucy.

 

C’est également à lui que l’on doit le développement de comics et d’histoires qui ont inspiré (attention, on prend sa respiration) le premier film Avengers, Captain America : Civil War, mais également Logan (le film consacré à Wolverine). Tous trois ont réalisé plus de 3 milliards $ à travers le monde. 

 

Il est également cocréateur de 18 personnages dont les adaptations au cinéma ont également été fructueuses – Wanted, Kick-Ass et Kingsman, plus d’un milliard $ à travers le box-office mondial.

 

« Mark Millar a conçu l’univers de comics de la prochaine génération, avec des personnages inoubliables, vivant des situations auxquelles les gens du monde entier peuvent s’identifier », conclut Ted Sarandos.