Nouvelle enquête de Rouletabille : presse, meurtre et contrefaçon

Clément Solym - 13.06.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - mystère chambre jaune - journaliste meurtre - presse contrefaçon


Dérapage manifestement incontrôlé, pour le journaliste et écrivain Philippe Merlant. Ce dernier a lancé une tournée de conférences drolatiques, présentées sous la forme d'une enquête journalistique. Des suspects, des armes de crime, des lieux : une sorte de Cluedo auquel participe indirectement le public, et surtout, une victime : la presse que l'on a tuée.

 

 

 

 

En l'état, tout va bien, et le public sortant de ces conférences est généralement conquis. Sollicité par ActuaLitté, le journaliste expliquait : « Lorsque j'ai découvert la conférence de Franck Lepage sur l'éducation populaire, j'ai trouvé cela génial. Et après l'écriture du livre sur la faillite des médias, j'ai pensé que c'était un mode plaisant pour toucher d'autres personnes par un discours moins académique. On est tous porteurs par notre expérience d'une véritable expertise et la conférence gesticulée est un outil formidable de transmission. »

 

Tout allait très bien, jusqu'à ce qu'un invité mystère entre dans le jeu. En effet, l'illustration d'affiche utilisée reprenait et détournait la couverture de la BD d'André-Paul Duchâteau et Bernard Swysen, Le mystère de la chambre jaune, une enquête de Rouletabille. 

 

L'oeuvre elle-même s'inspirait d'un roman de Gaston Leroux, qui avait su conquérir jusqu'à Agatha Christie. Philippe Merlant ne cachait d'ailleurs pas la filiation de son spectacle : 

Sur les traces de Joseph Rouletabille, Philippe Merlant part élucider ce très curieux mystère : « Pourquoi les médias sont-ils si souvent du côté du manche, du côté du pouvoir, du côté des puissants ? » Une enquête de l'intérieur, nourrie par 40 ans d'exercice du métier de journaliste. Et une invitation à trouver des pistes pour réconcilier information et démocratie.

 

Mais on ne se sert pas, même pour démontrer que la presse est en danger, d'oeuvres sous droit. Ainsi, la SACD-SCAM belge a contacté la rédaction de ActuaLitté, pour demander le retrait de l'affiche - utilisée par nos soins pour illustrer un article racontant le spectacle. 

 

La couverture originale

 

 

En tant que mandataire de l'illustrateur de la BD, Bernard Swysen, affilié à la SACD, la structure assure que nous reproduisons « sans autorisation une illustration de planche de bande dessinée  dont Benard Swysen est l'illustrateur ». Et d'ajouter : « Il s'agit d'une contrefaçon flagrante des droits de notre membre et dès lors, je vous mets formellement en demeure par la présente de retirer ce contenu litigieux de votre site. » 

 

L'affiche illustrant notre article a été supprimée. Contacté par ActuaLitté, Philippe Merlant souligne que «  l'utilisation lui a échappé. C'est un proche qui l'a réalisée pour me faire plaisir, mais surtout, dans un contexte qui n'était absolument pas professionnel ». Bien entendu, il assure que l'exploitation cessera immédiatement, et précise que l'affiche n'a pas servi pour plus de 4 ou 5 exemplaires. « Je la ferai évidemment retirer la où il pourrait y en avoir trace. » 

 

Soucieux de régulariser la situation, il va entrer en relation avec la SACD pour négocier avec M. Swysen. Une énigme, une fois de plus résolue par Rouletabille