Occupy Wall Street : Alan Moore fait un carton sur Frank Miller

Clément Solym - 09.12.2011

Manga/BD/comics - Comics - Occupy Wall Street - Alan Moore - descend


Les propos de Frank Miller concernant le mouvement Occupy Wall Street n'en finissent pas de faire couler de l'encre. Pour mémoire, le dessinateur/scénariste de comics avait assimilé les manifestants à « une bande de voyous, voleurs et violeurs, une foule indisciplinée, nourrie par la nostalgie de l'époque de Woodstock et par une idée fausse et putride de la justice ».

Enfonçant le clou Miller avait affirmé que le mouvement Occupy Wall Street n'était rien d'autre qu'une tentative d'anarchie montée par des « enfants gâtés à l'iPad/iPhone qui devrait cesser de se mettre en travers du chemin des personnes qui travaillent et d'aller se trouver un job ». Et de rappeler que « l'Amérique est en guerre contre un ennemi impitoyable [al-Qaïda et l'islamisme] ».

Ces propos avaient généré de vives réactions et de nombreux lecteurs de Frank Miller avaient en réponse fait le voeu de ne plus jamais acheter une de ses oeuvres, certains appelants même au boycott. Mark Millar (auteur entre autres de Kick-Ass) était venu au secours de Miller, affirmant que même s'il ne partageait pas les opinions du premier ce n'était pas une raison pour le boycotter.

 


Cette fois, c'est au tour d'un autre très grand nom des comics d'intervenir dans cette histoire. Il s'agit d'Alan Moore, l'auteur entre autres de V pour Vendetta et de Watchmen. Il avait déjà montré de la sympathie pour le mouvement Occupy Wall Street (dont quelques manifestants avaient pris le héros de V pour Vendetta pour modèle). Il a fait un pas de plus récemment en annonçant qu'il ferait parti du projet Occupy Comics et en critiquant vivement la réaction de Frank Miller.

Et si l'auteur de Sin City a de la gouaille, Alan Moore, qui se dit anarchiste, n'en manque pas non plus. Lors d'une interview accordée à HonestPublishing, il a balancé : « Frank Miller est quelqu'un dont j'ai à peine regardé le travail au cours des 20 dernières années. J'ai trouvé que Sin City était d'une misogynie impénitente, 300 semblait franchement ne pas être historique, homophobe et complètement erroné. Je pense qu'il y a une sensibilité très déplaisante qui se dégage de l'oeuvre de Frank Miller ».

 

Et de conclure (ou presque parce que Moore à encore une munition derrière) : « Donc oui, je pense qu'il serait juste de dire que Frank Miller et moi avons des opinions diamétralement opposées sur pas mal de choses, et assurément sur le mouvement Occupy Wall Street ».

Revenant sur ce mouvement, Alan Moore a affirmé qu'il était parfaitement justifié et qu'il était conduit « d'une manière très intelligente et non violente ». Et c'est là qu'il a décidé de rajouter une petite pique à l'encontre de Miller : « C'est probablement une autre raison pour laquelle Frank Miller est loin d'apprécier cela. Je suis sûr que si ça avait un groupe de jeunes justiciers sociopathes avec un maquillage de Batman sur leur visage, il y aurait été plus favorable ».