On ne badine pas avec le café colombien et Juan Valdez

Clément Solym - 09.01.2009

Manga/BD/comics - Univers BD - café - Colombie - honneur


Tout le monde le sait, le meilleur, en Colombie, c'est la drogue. Mais il y en a une qui est légalement commercialisée et qui vient d'être sérieusement amochée par Mike Peters, estiment les producteurs de café du pays. Et tout cela pour une blague un peu potache, il est vrai, publiée sur son site...

On trouve le dialogue suivant dans ce titre : ses deux personnages Mother Goose et Grimm discutent l'un avec l'autre. Ma mère l'Oie est en train de déguster une tasse de café... et la catastrophe arrive. Le chat bien intentionné explique que oui, le café colombien c'est bon, mais que le pays est soumis par un vaste syndicat du crime et qu'on trouve des morceaux de Juan Valdez dans le café, sans rire...


Juan Valdez, c'est le personnage fictif qui a assuré la promotion de la fédération nationale de producteurs de café colombiens. Celle-là même qui aujourd'hui entend porter plainte pour atteinte à sa dignité, mais également dommages et préjudices à une marque, et donc une propriété intellectuelle, ainsi que diffamation. Et le tout se monte donc à 20 millions de dollars.

Un ou deux sucres ?

En suggérant en effet qu'il y ait un lien entre la violence en Colombie et le café, Mike Peters s'est donc mis à dos 500.000 producteurs « honnêtes et travailleurs », a expliqué la Fedecafe dans un communiqué officiel. On parle même « d'attaque contre la dignité nationale et la réputation du café colombien ».

Mike est perplexe. Lui, il aime bien le café, la Colombie - drogué ! - et il n'avait pas l'intention de nuire. En fait, il voulait simplement faire rire. Alors, il a envoyé une lettre d'excuses pour dire combien il ne pensait pas à mal et ne souhaitait faire de tort à personne. D'ailleurs, en soutien, Vladdo, dessinateur local est intervenu, en rappelant que Juan Valdez et la violence était des images caractéristiques du pays, et que Mike n'est pas responsable de cela. D'avoir joué sur des stéréotypes, certes, mais pas du reste.

Ce n'est pas tout à fait juste, de fait. Mike a simplement oublié que l'on peut rire de tout... mais pas avec tout le monde.