Orson Scott Card livre un manga pour un futur MMORPG

Clément Solym - 05.06.2012

Manga/BD/comics - Univers Manga - MMORPG - manga - scott card


On connaissait Orson Scott Card pour ses odyssées spatiales autour d'Ender et Bean. Moins son envie de se frotter au manga et au jeu vidéo. Et pourtant. En compagnie de sa fille, Emily Janice, l'auteur co-signe Firefall Affinity un récit qui reste dans le ton futuriste de ses précédents livres, mais doté du carac design d'Udon Comics. Ici affinity, se réfère aux talents télépathiques de certains protagonistes.

 

 

Pas de grand chamboulement dans le fond donc.  Sauf que le projet collaboratif accompagne le développement d'un jeu de rôles en ligne (MMORPG) baptisé Firefall. Plus précisément la génèrent du jeu et la description de l'univers à l'arrivée des joueurs. Ce récit s'étalonnera à raison de deux planches par semaine pour en atteindre une centaine comme les mangas reliés.

 

Dans ce récit, Card père et fille mettent en scène Pilgrim, héroïne décrite comme une tête brûlée qui a fort à faire entre relations tumultueuses avec ses parents et la survie sur terre difficile. C'est que l'humanité a cru bien faire en préparant l'envoi d'un énorme cargo interstellaire vers sa toute première colonie récemment fondée dans l'espace. A la manière d'un turbo-Titanic, le baptême se passe mal et aboutit à un crash aux conséquences désastreuses.

 

Les premiers éléments font bien penser aux productions nippones et les auteurs n'hésitent pas à parler de « manga ». Reste que si le dessin s'en inspire, il garde une influence plus nettement marquée par les comics, et le genre même du Soap Opera n'est pas particulièrement prisé par les mangakas actuels. On pensera surtout aux séries de Matsumoto (Albator) ou un peu plus récemment Vandread.

 

L'ambiance de cet univers reprend des thématiques plus sombres que les séries standards pour s'approcher de la survie en milieu hostile à la croisée d'un Battlestar Galactica et du MMORPG Entropia.

 

Lien des premières planches (à découvrir sous peu)