Papa, quand je serai grand, je pourrais être un robot tueur géant ?

Florent D. - 17.02.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - robot - intelligence artificielle - monde postapocalyptique


Projetons-nous, voulez-vous bien, un instant en 2215, dit Caldoria, la deuxième planète du système Sol-4. Bien sûr, tout cela vous est assez peu familier - et pour cause. Quand bien même vous pourriez survivre jusqu'à ces temps lointains, peu de chance que vous ayez les moyens de communication adaptés. Ce n'est pas compliqué, on n'en trouve plus. Et, certainement comme d'autres, le petit Stanley, est contraint de se débrouiller seul, avec des moyens de survie pourtant complexes.

 

 

 

 

La planète ressemble à un véritable désert, mais pour un territoire voué à l'exploitation minière, pas besoin de tomber sur une oasis de verdure. Sauf que, dans un scénario très terminatoresque, voilà que les humains ont été éradiqués par une Intelligence Artificielle mal lunée à l'égard de ses créateurs. Seul depuis une longue année, Stanley a trouvé les moyens de survivre, jusqu'au jour où un Robot, RCK1 débarque dans son paysage.

 

Chat échaudé craignant l'eau froide et les assemblages métalliques, sa première réaction est la crainte : les robots ont la vilaine manie d'exterminer tout ce qui est organique de type bipède. Pourtant, cette machine ne se comporte pas vraiment comme les autres : après avoir mis KO une sorte de gigantesque mille-pattes, elle se tourne vers Stanley et lui propose son aide. Le gamin est bien obligé d'accepter : le robot a détruit son éolienne, unique source d'énergie.

 

Manifestement, le Robot, rapidement rebaptisé ROCK, alors que Stanley devient Stone, explique s'être détaché de IAVHE, soit Intelligence Artificielle Heuristique, auxquels se sont raccrochés Virale Evolutive. En somme, une sorte de dissident. Stone et Rock se mettent en route, direction le nord du territoire. Avec quelques surprises en perspective, et pas des moindres pour le petit Stanley.

 

Bon soyons clairs : je n'ai pas été très réceptif au dessin réaliste, qui dessert vraiment les êtres humains dans cette BD. Enfin, dessert tout particulièrement les personnages adultes. Raison pour laquelle je me suis demandé, à plusieurs reprises, si les enfants, qui jouissent, à mon goût, d'un meilleur rendu, ne passent pas un certain message. Bon, cela vaut pour l'anecdote, mais réellement, le traitement des uns et des autres change clairement. 

 

 

 

 

Dans tous les cas, une fois n'est pas coutume, j'ai été attiré par le côté Michel-Ange renversé de la couverture, et surtout, par le design du robot. Appelez-moi nostalgique des machins avec lesquels je jouais dans mon enfance, reste que ses grands bras ballants de métal et cette cabine de pilotage vide… ça m'a touché. Surtout quand on comprend comment fonctionne le robot - mais je ne dévoilerai rien, même sous la torture d'une épilation du cerveau au laser.

 

Bref. Pour un monde postapocalyptique, c'est tout à fait cohérent, même si la BD n'apporte pas d'idées réellement novatrices dans le monde futuriste. On retrouve même des drones qui ont un petit profil Matrix - pas désagréable au demeurant. Ce premier tome d'un diptyque soulève, comme il se doit, plusieurs interrogations, et des points de développements à attendre. Très personnellement, je me prononcerai définitivement avec la sortie du tome 2, mais je recommande aux audacieux de tenter leur chance : Rock & Stone est un ouvrage sympathique et ma foi assez agréable. 

 

Rock & Stone, de Jean - Valeani - George, sur Chapitre.com